Croire ou ne pas croire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1678 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Très Sage
Et vous mes F(F(Elus
En préambule

Dans l’article premier de notre Constitution on peut lire :
« La F(M(a pour principe la tolérance mutuelle »
« Elle se refuse à toute affirmation dogmatique »
« Elle respecte la liberté de conscience »

Mais les fondements de la Maçonnerie sont lesConstitutions de 1723 (elles furent écrite à la demande du Duc Philippe de Worthon par le pasteur James Anderson et le huguenot Jean Philippe Désagulier). Je cite :
« Un Maçon est obligé de part son titre d’obéir à la loi morale et s’il comprend bien l’art il ne sera jamais un athée stupide ni un libertin irréligieux ».
Pour le G(O(D(F( fondé en 1773 la Constitution n’estdéfinitive qu’en 1849.
Elle commence par cette phrase :
« La F(M(institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive a pour base l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme »
En 1887, le pasteur et député au Convent Frédéric Desmon présente un rapport adopté à une large majorité qui modifie l’article premier, je cite :
« Elle n’exclutpersonne pour ses croyances »
En 1887 l’ouverture des travaux se fait
« A la gloire du G(A(D(L(U(
Elle est rendue facultative et jamais supprimée depuis. Alors mes F(F(aujourd’hui.

CROIRE ou ne pas CROIRE

Est-ce bien raisonnable pour moi Franc Maçon ?
En Devenant Maître je suis en Chambre du Milieu identifié à Hiram. Je dois mourir à moi-même partrois coups portés symboliquement en prélude à ma renaissance spirituelle et intérieure en un nouvel Hiram.
Cela ne vous rappelle rien ? à moi si, cette légende chrétienne de la mort et de la résurrection du Christ, que celui qui a la foi connaîtra « le jour du jugement dernier ».
Autre point lors de la mort, nous disons « notre frère est parti à l’Orient Eternel » alors que ailleurs il est dit« poussière tu redeviendra poussière ».
Autre question, l’Initié que je suis ne doit pas punir, encore moins se venger. Pourtant accepté dans notre Chapitre au Premier Ordre de Sagesse ou pour que règne la justice, la base de son symbolisme est la vengeance.
Alors croire devient un dilemme.
Pour moi le besoin de croire est aussi fort que celui de liberté.
Je fusprofondément croyant, je suis maintenant pratiquement incroyant en une église. Je suis en recherche, en réflexion, certains disent de la vérité d’autre de la lumière, pour moi ce serait plutôt la signification profonde du mot croire.
Dans la vie une société pour créer le vivre ensemble a besoin de religion.
Dans son sens large, porteuse d’utopie, d’espoir vers un meilleur et non au sensrestreint de la croyance en un dieu.
La société a besoin de rituels civils pour marquer les épisodes de notre passage, là, pour certains, une croyance est une aide, un recours. Notre société peut se passer de sacré, de surnaturel, mais jamais se passer de fidélité ni de communion.
Revenons à nous Maçons lors de notre réception, nous rencontrons dans les voyages, symboliquement l’union de la terre,de l’air, du feu et de l’eau. Là débute la croyance que ce sont les éléments qui selon Thalès permettent de créer la vie.
Pour Héraclite le divin englobe le monde, mais à la place des dieux il emploie le mot « logos ».
A l’inverse, idée très actuelle pour Anaxogore, les éléments, la vie sont dans de minuscules particules contenant une fraction du tout.
Pour d’autres rien ne naît de rien touta toujours existé.
Pour moi nous sommes, et venant de nos ancêtres, nous sommes les acteurs, les responsables de notre évolution, un dieu n’a rien à faire là dedans.
Croire je ne sais plus !
Certain de nos Frères ouvrent leurs travaux sur le prologue de l’évangile de Saint Jean ou d’autre livres, tout en se référant à la devise de la République.
Nos loges pendant nos travaux sont un...
tracking img