Croyance et raison

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2179 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chap 2 SOURCES ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

INTRODUCTION

Après 1945, la production mondiale prend un essor remarquable car c'est la fin de la guerre, la démographie augmente, les échanges internationaux dopent les commandes, le FMI (Fond Monétaire International) est créé en 1944. De plus, le dollar devient la monnaie mondiale. Il y a aussi de nouvelles méthodes deproduction ce qui entraînerait une augmentation de la productivité et une création d'économies d'échelle. L'état intervient dans l'économie, il apporte des commandes publiques ; il distribue des revenus (de trasfert). De ce fait, la consommation augmente (redistribution des revenus).

1) LA CROISSANCE ECONOMIQUE ET SES LIMITES

A) Xce économique : mesure et périodisation

Pour mesurer lacroissance économique, on a besoin d'un augmentation de la production par l'augmentation du PIB. Le PIB chaque année a un calcul spécifique mais ceci peut être faussé ainsi il y a recours à des appellations différentes pour éviter les perturbations : le PIB en valeur (PIB de l'année avec l'inflation comprise) et le PIB en volume (ne tient pas compte de l'inflation). On peut également parler d' "euroscourants" (qui courent avec l'inflation) et d' "euros constants" (qui sont déflatés de la hausse des prix). Toutefois, le taux de croissance du PIB est toujours positif. Entre 1998 et 2000, il était très élevé. A cette époque, la croissance mondiale est très forte, c'est donc elle qui tire la croissance française vers le haut. Il y a une production de croissance avec les 35 heures (avec lessocialistes) ; ces 35 heures ont créé 400 000 emplois ainsi une augmentation de la consommation est visible.

B) Les limites de la Xce : Xce et développement
1) Le PIB : un indicateur de statistique fiable ?

Le PIB est une somme de VA contestables car on additionne toutes les productions : les accidents de la route conduisent à des dépenses : soins, réparations... C'est ainsi qu'ilsparticipent à l'augmentation du PIB. Il faut savoir que le PIB mesure la création de richesse : plus on produit, plus la richesse augmente. Mais cela ne signifie pas nécessairement une augmentation du bien-être. Ainsi nous distingons la production marchande qui regroupe tous les biens et services d'un pays qui se vendent sur le marché. Contrairement, on a la production non marchande qui s'avère être laproduction gratuite ou quasi gratuite des services fournis par les administrations publiques (enseignement...). Elle est comptabilisée au coût des facteurs de production (ex : cours d'éco = bâtiment, tables, et salaire de l'enseignant). Le travail au "black" représente maintenant entre 10 et 15 % du PIB,il y a aussi le bénévolat, qui n'est pas déductible des impôts tout comme les productionsdomestiques ou encore les acivités illicites.

2) Indicateur de développement humains (IDH)

L'IDH vise à mesurer le bien-être, il est basé sur l'espérance de vie, le niveau d'instruction regroupant le taux de scolarisation des enfants et le taux d'alphabétisation des adultes et pour finir le PIB/habitant. De ce fait, on considère 2 classements de pays : celui du PIB/habitant et celui de l'IDH.Alors, grâce à ces deux classements, on se rend compte que certains des pays comme l'Afrique sont bien placés pour le PIB/ habitant mais pas pour l'IDH. L'état ne prend pas suffisamment soin de la population, de l'éducation et de la santé suite à une forte croissance démographique. Et inversement (ex : Congo). Ce niveau de développement comporte 3 "niveaux" : en dessous de 0,5 il est faible (casde payx subsahariens ou africains), entre 0,5 et 0,8, il conduit à un développement moyen et au-dessus de 0,8 c'est un niveau élevé.
En 1972, le Club de Rome ( 1ers écologistes tirent un signal d'alarme "on ne peut pas continuer à pduire toujours plus, la planète est en danger". En 1988, le rapport Brundtland propose le terme de développement durable (ou soutenable) ; celui qui permet à une...
tracking img