Culture et classes sociales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CULTURE ET CLASSES SOCIALES
On peut faire remonter l’étude sociale des pratiques culturelles à Thorstein Veblen et Maurice Halbwachs. Le premier, en 1899, à travers sa « Théorie de la classe de loisirs », a montré que les pratiques culturelles de la classe oisive sont une façon ostentatoire d’afficher un mode de vie qui a plus à voir avec la position sociale affichée qu’avec un niveau de vieobjectif. Le deuxième étudia en 1912 la composition des budgets ouvriers en France et mis en évidence, par exemple, que la consommation d’éclairage et par conséquent le lecture contribuait à distinguer les familles les unes des autres. À peu près au même moment, l’école de Francfort critiquait l’émergence d’une « industrie culturelle » qui nivelait les pratiques culturelles par le bas, ouvrant ainsila voie à l’étude de l’homogénéisation des pratiques culturelles et de la « culture moyenne », ou de masse.
Or si, comme nous le verrons, l’analyse sociologique des pratiques culturelles doit faire le lien entre les groupes sociaux et certaines pratiques tout en montrant et en analysant la remise en cause permanente de la simple équivalence entre des groupes et des pratiques déterminées, onpeut identifier deux obstacles à l’émergence d’une telle réflexion. Tout d’abord, du côté de la sociologie française, le fait que l’école durkheimienne était centrée sur une vision « nationale » de la société et des liens sociaux. Certes dans son article sur l’éducation (1911) Emile Durkheim concevait de façon organique que chaque groupe social avait des façons de « faire, de sentir et d’agir »propres au métier et à la fonction qui était la sienne. Mais il n’a pas mené une analyse la stratification sociale, ni même interrogé le concept de culture, comme Max Weber ou Georg Simmel pouvaient le faire à cette époque. C’est bien plus de la pratique des acteurs de la culture (on pense à Jean Vilar et aux TNP mais aussi à Malraux et au ministère de la culture créé en 1959) que viendront lesinterrogations sur la différenciation sociale des pratiques culturelles. C’est d’ailleurs ce mouvements qui générera, et alimentera la réflexion français sur les pratiques sociales de la culture dont l’épicentre sera en 1979 la publication de « La distinction » de Pierre Bourdieu.
Outre-Atlantique, la sociologie américaine était elle, au début du XXe siècle, occultée par la richesse des publications del’anthropologie culturelle. La cohérences des pratiques culturelles étudiées dans diverses tribus par Ruth Bénédict (Patterns of culture), ou Margaret Mead (Mœurs et sexualité en Océanie), le fonctionnalisme qui attache à chaque besoin vital une pratique culturelle sensée le satisfaire a marqué pour longtemps l’analyse des pratiques culturelles que pouvaient mener les sociologues. Car en faisantde chaque groupe et de ses pratiques un monde en soi, les tenants du relativisme culturel ont freiné l’émergence d’une pensée dynamique entre structure des sociétés et structures des pratiques, mais aussi entre évolutions structurelles des sociétés et évolutions des pratiques.
C’est ce que nous allons nous attacher maintenant à montrer, non sans avoir rappelé en quoi les pratiques culturelles,parce qu’elles sont « culturelles » ont tout à voir (et beaucoup à nous apprendre) sur la structure sociale et son évolution. Georg Simmel, dans « La tragédie de la culture », avait déjà défini la culture comme ce qui fait le lien entre « un moi subjectif » et le reste du monde objectivé dans des artefacts et mentefacts (produits de l’art ou de la pensée). C’est donc à travers la culture quel’individu peut se définir comme appartenant un groupe, tout en s’affirmant lui-même. En termes de pratiques culturelles, Dominique Pasquier a montré récemment comment la télévision permettait aux jeunes de « parler de soi » tout en étant intégré à un groupe (« Cultures lycéennes : la tyrannie de la majorité »).
Signalons enfin que la ou les cultures que nous évoquerons cette analyse ne doivent ni...
tracking img