Culture et socialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4813 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Première.
Culture(s) et socialisation.

Introduction.
«  La civilisation d'un peuple n'est rien autre chose que l'ensemble de ses phénomènes sociaux, et parler de peuples incultes, sans civilisation, de peuples naturels, c'est parler de choses qui n'existent pas » affirmait dès 1901 Marcel Mauss (sociologue français, 1873-1950; a étudié le don en Mélanésie à travers la KULA). Ainsi, ilapporte un regard nouveau sur les phénomènes sociaux et sur l'homme en général. Il considère déjà que les comportements de l'homme ne sont pas naturels mais culturels (donc qu'ils sont le fruit d'une culture apprise) et que toutes les cultures se valent.
Cette question de l'inné et de l'acquis, de la nature et de la culture, a fait l'objet d'études et de réflexions philosophiques depuis dessiècles, de l'antiquité à aujourd'hui. Par exemple, nous pouvons nous remémorer le discussions du XIXème siècle autour du cas de l'enfant sauvage « Victor de l'Aveyron » ( cf Dr jean Itard)
Finalement, aujourd'hui, on admet volontiers que les comportements humains sont essentiellement culturels.
Cela nous amène donc a nous poser quelques questions: Qu'est-ce qu'une culture? En existe-t-il qu'une oubien plusieurs?Comment les hommes apprennent-ils à la maîtriser? Ou comment s'adaptent-ils à la vie sociale? Que se passe-t-il quand l'apprentissage des règles de vie en société ne sont pas intégrées? Qu'est-ce qui peut expliquer les différences sociales entre les groupes sociaux?

I- de l'état de nature à la société: la culture.
A- Qu'est-ce que la culture?
1- Définition sociologique.Nous devons distinguer le sens courant du sens sociologique du mot culture. En effet, si la culture au sens courant représente l'ensemble des savoirs et connaissances d'un individu (Bourdieu parle de « culture savante »), le sens sociologique désigne les manières de faire, de penser et de sentir propres à un groupe. C'est-à-dire qu'il désigne l'ensemble des valeurs, des normes, des représentationset des rôles propres à un groupe humain.

Chez l'homme, la nature est entièrement interprétée par la culture. Cette dernière, acquise et transmise, permet à l'homme d'être un être social, donc de vivre en société. Cependant, la culture, au sens sociologique, est propre à chaque groupe; autrement dit la culture varie d'un groupe ou d'une société à l'autre.
On ne nait pas étatsunien ouchinois ou français... on le devient car la culture est acquise d'abord par imprégnation et identification puis par un apprentissage explicite.

Conclusion 1: La culture au sens sociologique présente 3 composantes:
-valeurs
- normes
-pratiques sociales et culturelles.

2- Normes et valeurs.
a- Valeurs.

Une valeur est un idéal collectif: en précisantle bien et le mal, elle oriente les pensées et les actes des individus.

Valeurs: choses ou manières d'être considérées comme estimables et désirables, idéaux plus ou moins formalisés orientant les actions et les comportements d'une société ou d'un groupe social.

Les valeurs d'un groupe ou d'une société ne sont pas indépendantes les unes des autres, elles s'organisent et s'ordonnent defaçon plus ou moins cohérente en système de valeurs qui sont à la base des modèles culturels.

RQ: Les valeurs ne sont pas toujours explicites et cette notion de système de valeurs n'empêche pas les conflits entre certaines valeurs: par exemple, dans l'europe médiévale, les valeurs du capitalisme naissant (profit et compétition) s'opposaient à celles du catholicisme.

Par ailleurs, certainesvaleurs semblent être universelles telles que le respect d'autrui, sans laquelle la vie en société serait impossible.

RQ 2: les valeurs concernent aussi bien les objets (l'argent) que les conduites (l'effort) que les représentations (l'honneur ou l'égalité).

Les valeurs s'incarnent dans les normes sociales.

b- Normes.

Norme: règle de conduite dont le non-respect entraine une...
tracking img