Culture gothique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1988 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

UNE VÉRITABLE ATTIRANCE
OU UNE SIMPLE MODE

Au siècle de l'ordinateur, il reste étonnant de voir combien la fascination du fantastique et de la mort prend de l'ampleur. Il faut avouer que le morbide est devenu accessible. Envahissant nos écrans de cinéma, les vampires et autres frankensteins font aujourd'hui partie de notre quotidien. Il n'y a qu'à voir le succès du film La FamilleAddams pour s'en convaincre. Réaction au pessimisme ambiant, diminution de la foi et plus grande tolérance à la marginalité, le morbide possède ses disciples.
"C'est une culture de marge au sens large pour laquelle les jeunes ont un véritable engouement", dit Benjamin Leblanc, un jeune homme de 23 ans qui prépare une maîtrise sur la fascination morbide chez les jeunes. Habillé d'un gilet noir etd'une chemise blanche, cet étudiant en sociologie ressemble à bien des garçons de son âge et rien à priori dans son allure ne dénote de son noir intérêt. Pourtant... "Si je me suis penché sur ce sujet, c'est forcément que j'avais de l'attirance pour ce côté sombre. C'est une manière de me connaître un peu moi-même", lance le jeune homme. Mais la frontière est bien floue entre la simple attirance etl'adhésion complète à la philosophie morbide. Benjamin confie que cerner son sujet de maîtrise a été un vrai casse-tête.

Acheter un corbillard, s'habiller de noir de la tête aux pieds, dormir dans un cercueil peuvent être des signes avant coureurs d'une tendance morbide. Pourtant, tous les jeunes vêtus de sombre ne sont pas pour autant des adeptes du morbide. "J'aime le noir mais je laisse lescimetières et les cercueils aux autres", confie Sonia, la co-propriétaire de la boutique Cyclops. Pour ce magasin alternatif, la styliste aux longs cheveux noirs crée des vêtements à l'aspect plutôt morbide où cuir, latex et dentelle noire sont à l'honneur. ~Pour moi, ce n'est pas morbide. Une tombe, je trouve ça romantiques, estime Pierre Brassard, un spécialiste de la question. Adepte de la mortet de ses artifices, l'éditeur du magazine Erebus - une publication sur l'actualité culturelle et le style de vie gothique - conserve le même intérêt depuis son adolescence. "J'ai été de tous les courants : death métal, black métal et gothique. Plus que l'allure, la philosophie change également", dit le jeune homme.

Avec son expression brute, le courant métal possède l'imagerie la plusviolente. Ses adeptes recherchent ce qui symbolise la puissance du mal: les représentations du diable, les démons, les zombies, l'hémoglobine. Habillés comme les musiciens du groupe Sepultura, ses disciples sont souvent vêtus sans véritable recherche, favorisant le noir, le cuir et le latex. Leur période de prédilection est l'époque médiévale où l'on trouvait une certaine brutalité d'expression.

[pic]LE ROMANTISME
VERSION MORBIDE

Par contraste, la personnalité du gothique s'affiche romantique et rêveuse. Place alors à l'émotion et à la dramatisation de la douleur: tristesse, angoisse, deuil et même amour perdu. Plus créatif, le gothique est séduit par le romantique victorien du 19e siècle avec ses capes, ses jabots, ses gilets et toutes ses dentelles. Plus que le noir, on trouve descouleurs comme le pourpre, le mauve, le lie de vin et même le blanc. C'est le courant dominant des Canadiens anglais. A Montréal, les gothiques sont plutôt urbains avec un retour du cuir et du latex. "Il est plus simple de définir ce qui est anti-gothique : tee-shirt blanc, jeans espadrilles", précise Benjamin Leblanc.

Pourtant, les différentes tendances se mélangent allégrement dans un décorcomposé de pierres tombales, de croix, de chandeliers et de drapés funéraires. Tous les apparats du morbide sont exploites, de la tête de mort aux croix, en passant par les cercueils.

Il est bien rare que l'on puisse vivre de cette manière 24 heures sur 24. A moins 'd'en faire son commerce comme Richard et Claudine, de la boutique Cruella. "J'aime choquer. Je suis excentrique", avoue Richard,...
tracking img