Culture g

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
site :lewebpedagogique.com/dabecassis/
Chapitre 1 le 22 septembre 2011

EDUCATION NATIONAL
Thème : rire pour quoi faire ?

Problématique : onglet thème
* Rien ne semble plus spontané que le rire. La mise en emphase du mot rien, appuie l’idée qu’il n’y aurait pas autre chose de plus spontané que le rire. Mais le verbe semblé atténue ce propos. Tout acte comique (verbal,gestuelle…) a été préalablement analysé par le cerveau. À bien y réfléchir le rire n’est pas totalement spontané sauf dans le cas du chatouillement.
* Le rire a une fonction sociale : le rire a une fonction d’inclusion, il permet à un individu d’entrée dans un groupe (plaire, séduire…)
* si le rire inclus à contrario il peut exclure : dans un groupe quelque soit son importance souvent les individuschoisissent un bouc émissaire. Ce bouc émissaire devient le défouloir de la collectivité qui trouve sa cohésion contre l’autre. Le rire dirigé contre un peuple ou un groupe peut entrainer des génocides. Le bouc émissaire vient de la bible c’est la bête qui était sacrifier lors des fêtes par la collectivité quand l’animal saignait dans le sang partaient symboliquement les péchés. La tête de turc :utilisé dans les temps ancien 17ème 18ème siècle il frappait sur un puntching bal qui représentais un truc qui à l’époque était les plus fort donc il frappait dessus pour mesurer leur force.
* Le rire reste néanmoins la meilleurs façon de se défouler, il permet d’évacuer les tensions car selon des études sérieuse plus on rit plus on vit longtemps mais parfois le rire peut être nocif en créantdes lésions aux poumons voir mourir de rire.
* Le rire n’est pas un acte anodin puisque derrière le rire se cache souvent une forme de subversion (rire révolutionnaire quelque chose dirigé contre le pouvoir…) hélas dans de nombreuse pays ce types de rire est censuré et des humoriste sont assassiné au nom de libre expression

I. Les différentes typologies du rire
1) Le comique de formeC’est la moquerie dirigé contre des individus difforme ou très différents. Pendant des siècles, et jusqu’à il ya peut de temps des personnes monstrueuses étaient achetés à leurs parent ou enlevé pour être exhibé (dans les foires les cirques…) ces personnes étaient traités comme des animaux, le peuple venait regarder ces personnes elle les riait au nez les insultaient elle faisait leur catharsis.En les tapant dessus il croyait rire du diable car le peuple était très chrétien. Parfois ces gens venaient eux même se montré dans des spectacles car s’étais leur seul moyen de survie.
Selon Freud dans chaque individu confronté à un individu étrange il y a un coté voyeur. L’être humain ressentait une attribution/répulsion on retrouve ce cas dans deux livre de Victor Hugo : l’homme qui rit etnotre dame de paris quasimodo.
L’extrait qui nous concerne se déroule au moyen âge durant la fête des fous
* Quasimodo est élu le pape de la foire ce qui montre la moquerie de la religion.
* L’indication de Victor Hugo sur les cheveux roux de Quasimodo montre que le roux c’est les enfants du diable.
* Dans la description que Victor Hugo fait de Quasimodo on retrouve le champ lexicalde la monstruosité.
* Victor Hugo appel le peuple, la populace. il montre que le peuple devant Quasimodo ne réfléchissait pas.
* La croyance populaire de l’époque, croyais que lorsqu’on regardait une personne monstrueuse, la monstruosité se reflètera sur le futur enfant à naitre.
* Quasimodo est considéré comme quelqu’un qui fait de la magie et que son âme est à la hauteur de sonphysique et est considéré comme un animal.
* Maître COPPENOLE est différent du reste de la foule le mot « maitre » signifie qu’il doit être instruit. Celui-ci ne se moque pas de Quasimodo et lui dit « tu mériterais d’avoir le titre de papeterie à Rome comme à paris »

Les 3 films suivants : Freaks ; éléphant man ; la venus noir
→ FREAKS : au début de l’extrait de Freaks on est dans un rire...
tracking img