Culture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
acculturation
nom féminin
(américain acculturation)
[pic] Modification des modèles culturels de base de deux ou plusieurs groupes d'individus, de deux ou plusieurs ethnies distinctes, résultant du contact direct et continu de leurs cultures différentes.
[pic]
[pic] Adaptation d'un individu ou d'un groupe à la culture environnante.
[pic]
On dit généralement qu'il y a acculturation quand laculture du groupe auquel le groupe de référence est confronté est survalorisée ou quand celle-ci est techniquement supérieure, ou encore quand le groupe de référence est nettement minoritaire. Les anthropologues étudient parallèlement le phénomène de déperdition de culture (déculturation) ou celui de sa transformation (transculturation), qui sont les corollaires de l'acculturation. Bien que ceterme connaisse toujours une certaine audience, la théorie à laquelle il renvoie apparaît aujourd'hui obsolète.

Acculturation

• http://brises.org/notion.php/acculturation/culture/socialisation/ethnocide/reinterpretation/syncretisme/deculturation/notId/109/notBranch/109/
BRISES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales

Cette notion est une notion essentielledu programme officiel de terminale ES. Elle donc peut apparaître dans un sujet du Baccalauréat.
Lexique 0[0]
Processus de transformation réciproque engagé à  la suite de la rencontre de deux groupes humains de cultures différentes. Les transformations touchent les deux cultures.
Définition 0[0]
L'acculturation définie par D. Cuche peut s'entendre comme : "L'ensemble des phénomènesqui résultent d'un contact continu et direct entre des groupes d'individus de culture différente et qui entrainent des changements dans les modèles culturels initiaux de l'un ou des deux groupes ."(Denys Cuche, 1996)
Notons que les contacts doivent être directs et continus entre les groupes concernés. Les changements peuvent toucher un groupe seulement, ou les deux.
Exemples dechangements liés à l'acculturation dans le domaine du langage : le mot tennis est arrivé en France depuis l'Angleterre, mais les anglais l'avaient eux-même reçu de la France, où le mot "Tenez" signalait le service au jeu de paume. Le français emprunte des mots à l'arabe : bled, alcool, algèbre, chiffre. Il emprunte en cuisine au moyen-orient le kebab, au maghreb le couscous et la merguez.
Dansun sens plus restreint, l'acculturation peut concerner un individu confronté à une culture différente de la sienne.
Enjeux 2[0]
Sous l'influence du courant culturaliste, la culture a été (notamment au début du XXème siècle) perçue comme une entité bien distincte des autres, bien délimitée par des "frontières". Dans cette optique, tout contact d'une culture avec une autre culture risquaitd'en altérer la "pureté". Le processus d'acculturation est alors perçu comme une atteinte à la culture "authentique".
En fait, les cultures se construisent au contact des autres et ne sont pas étanches, isolées par des frontières bien fermées. Il n'y a donc pas de cultures "pures" et d'autres qui seraient métissées.Toutes le sont plus ou moins à des degrés divers.
L'acculturation estdonc un phénomène permanent, continu et non pas occasionnel. C'est même un phénomène universel et constitutif des cultures.
Les cultures dépendent des rapports sociaux qu'entretiennent les hommes entre eux. Or ceux-ci sont souvent des rapports de force. Les différentes cultures vont donc se trouver les unes par rapport aux autres en position de force ou de faiblesse. Mais les groupessocialement les plus forts n'arrivent pas toujours à s'imposer aux groupes les plus faibles. Les cultures sont donc des ensembles en construction permanente, avec des phénomènes de structuration, destructuration. Il n'y a pas forcément une culture donneuse et une culture receveuse. L'acculturation n'est jamais à sens unique, même quand une des deux cultures est dominante.
Dans ce contexte,...
tracking img