Cyrano

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1589 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire sur Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand

Cyrano de Bergerac, publié au XIXème siècle, par Edmond Rostand, se déroule à Paris . Cette pièce de théâtre traite de l'amour impossible entre Cyrano, handicapé par un grand nez, et la belle Roxane qui est amoureuse de Christian. Dans cette scène, Cyrano, résigné, choisit de sacrifier son amour et de venir en aide à son rival. Se faisantpasser pour lui, il tente de séduire Roxane, sa cousine, qui ne s'en doute évidemment pas et pense que Christian trouve soudainement les bons mots pour lui traduire son amour.
On peut se demander quels sont les différents aspects de la relation entre ces trois personnages. Dans un premier nous verrons l'usage du thème de l'amour puis celui du mensonge grâce au subterfuge utilisé par Cyrano etChristian

L'amour est bien sûr le pilier central de cette pièce et notamment de cette scène qui prend une tournure inattendue. Cyrano accepte de jouer le rôle de Christian, son rival pourtant. Pour séduire l'objet de son coeur il tente, en premier lieu, de la sublimer.
Devant la déception apparente de Roxane aux paroles de Christian, Cyrano tente de la séduire par divers procédés. L'usaged'alexandrins en est bien sûr un, car il enveloppe ses propos de noblesse, mais Cyrano prend aussi soin d'ajouter à ses vers des compliments très imagés pour capturer le coeur de Roxane. La femme aimée joue donc des rôles très différents à mesure que Cyrano la complimente : "une communion ayant un goût de fleur" (v 19) en est un exemple. Il ne la considère plus en tant que femme mais la sanctifiehabilement. Roxane, qui n'est apparemment pas de lignée noble, gagne un tel titre à la ligne 27. Cyrano, évoquant sous le masque de Christian, les souffrances qui l'ont torturé, se compare à Buckingham, un duc anglais, amoureux de la reine de France. Il évoque donc, d'une part, l'amour incroyable qui l'anime mais il dépasse la comparaison avec le duc pour l'assimiler à la reine : "j'adore comme lui lareine que vous êtes". Flatter l'ego de Roxane, lui prouver qu'elle est unique, voilà le but de Cyrano. Séduite, Roxane se déclare elle-même être une "fleur sans pareille", faisant écho à l'abeille du vers 18 et à la communion au goût de fleur au vers 19. La reprise de cette métaphore filée prouve que Roxane a écouté le discours de Cyrano.
Comme toute déclaration d'amour, celle de Cyrano estcaractérisée par le registre lyrique, dans le but premier de traduire les élans éprouvés pour sa bien-aimée. Ainsi, Cyrano de Bergerac choisit-il de réciter des vers, en alexandrins de surcroît, vers "nobles" par excellence, qui n'ont ainsi que plus de puissance. On retrouve dans cette scène le registre lyrique, caractérisé par des exclamations et des interrogations sous la forme de questions rhétoriques.Ces procédés ne visent qu'à prouver la ferveur de ses sentiments amoureux et la difficulté qu'il éprouve à les refouler devant l'être aimé. D'autre part, Cyrano utilise le champ lexical de l'amour ("baisers", "brûle", frisson"). Pour prouver la ferveur de ses sentiments, il utilise quelque chose de bien plus symbolique encore : "un aveu", "un serment", "une promesse". Cet éloge fait à la femmeaimée grâce au registre lyrique n'est pourtant qu'une illusion... Roxane charmée par les vers, n'éprouve pourtant aucun sentiment pour notre héros qui reste plongé dans sa tristesse.
Au registre lyrique s'ajoute celui du pathétique mais de manière plus implicite. Cyrano ne laisse pas Roxane deviner ses sentiments car elle suppose qu'il est Christian. Cependant, Cyrano souffre de la situation etles paroles de Roxane deviennent blessantes. Il "s'exalte" (v 27) tout en oubliant que ces paroles ne sont pas perçues comme étant les siennes. Une rupture dans son état de joie a lieu au vers 31 : "Cyrano, à part, dégrisé". Cet aparté, en réaction à la déclaration de Roxane, élogieuse sur sa beauté, le ramène a une humilité de . Cyrano réalise ironiquement : "C'est vrai, je suis beau, j'oubliais...
tracking img