Déforestation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2811 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Définition de déforestation:

Phénomène de régression des surfaces couvertes de forêt.
Elle résulte des actions de déboisement puis de défrichement, liées à l'extension des terres agricoles, à l'exploitation des ressources minières du sous-sol, à l'urbanisation, voire à l'exploitation excessive ou anarchique de certains essences forestières.
Ce phénomène touche essentiellement lesforêts tropicales, comme celle d'Amazonie, ou encore celle d'Indonésie.

Les causes de la déforestation :

Les causes qui expliquent la déforestation sont nombreuses, mais la principale cause à la déforestation est humaine :

- L’exploitation forestière est la principale cause de déboisement dans le monde. Et les ravages qu’elle produit sont énormes. Les arbres sont coupés ou brûlés infinimentplus vite que le rythme de régénération ou de replantation. Une gestion non durable et donc absurde de la ressource. Chaque année, de nombreuses forêts sont donc entièrement rasées, avec des outils et des méthodes d’une incroyable efficacité. Beaucoup d’arbres sont coupés alors qu’ils n’intéressent même pas les compagnies forestières, victimes collatérales de la ''coupe à blanc'' (on coupe toutet on ne récupère que ce qui est vendable). L'absence de plans de gestion à long terme entraîne la disparition des forêts : l'exploitation du bois se fait souvent à une vitesse très supérieure à celle de la régénération naturelle. Dans les pays en voie de développement les trois quarts du bois exploité servent de combustible, l'exploitation des ressources forestières du Sud est encouragée par lesbesoins en bois de construction et en papier au Nord.

- L’exploitation minière de métaux et de minéraux précieux comme l’or, les diamants, le minerai de fer, l’étain, la bauxite et l’uranium, constitue aussi une cause majeure de déboisement. L’extraction du pétrole et du gaz y joue aussi un rôle puisque de vastes étendues de forêt sont régulièrement endommagées par les forages et la pose depipelines, sans parler des fuites régulières de pétrole.

- Les plantations de palmiers à huile ou le développement des cultures pour l’élevage industriel sont également responsables d’une bonne part de la déforestation. De ce point de vue, les forêts d’Amérique du Sud sont les plus touchées. De vastes zones de forêt tropicale ont été et sont régulièrement défrichées au Brésil, en Bolivie, et auParaguay pour faire place à la production de soja d’exportation, destinée à l’alimentation du bétail (du bœuf en particulier, utilisés par les géants de l’agroalimentaire et du hamburger) ou à la canne à sucre, utilisée pour produire de l’éthanol pour les voitures. Ailleurs, ce sont les productions de sucre, de poivre, de caoutchouc, de café, de cacao, de banane, de tabac ou même de coca, quidéciment les forêts tropicales. Le surpâturage est également en cause : le bétail détruit la végétation et empêche sa régénération. Les bœufs brésiliens, par exemple, empiètent de cette façon largement sur la forêt.

- A plus petite échelle beaucoup de petits agriculteurs pauvres et itinérants, comme à Madagascar, participent aussi à la déforestation : ils défrichent et brûlent la forêt pour ensemencerde petites parcelles de terres. Avec le lessivage des sols mis à nus, les récoltes ne durent que 2 ou 3 ans. Il faut alors défricher ailleurs.

- La déforestation est le plus souvent liée à la pression démographique et à la pressante nécessité de survie qui en résulte pour les populations. Ces causes ne sont pas nouvelles ; les pays de la vieille Europe ont aussi connu au cours de leur histoiredes périodes de forte déforestation. Ce fut le cas en France du XVIème au XIXème siècle. Sous la pression d'une population en forte croissance, la forêt française avait beaucoup régressé au profit des terres agricoles. Elle couvrait moins de la moitié de sa surface actuelle à la fin du XVIIIème siècle et les peuplements forestiers étaient soumis à une constante surexploitation. Encore...