Délinquence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ORIGINE OU LES PREMICES DE LA DELINQUANCE DES MINEURES

SOMMAIRE

Introduction

CHAPITRE I) L’adolescence

1.1 sur un plan biologique……………………………………………….
1.2 sur un plan psychologique…………………………………………..
1.3 sur un plan physique………………………………………………
1.4 sur un plan sexuel…………………………………………………
1.5 Les pulsions…………………………………………………............
1.6 Détachement des parents etrapprochement vers ses pairs…………
1.7 Attachement à l’apparence………………………………………
1.8 Liens entre adolescence et délinquance……………………………

CHAPITRE II) La délinquance

2.1 Définitions…………………………………………………..............
2.2 Tranche d’âge concerné et principaux actes de délinquance……….
2.3 L’ insécurité…………………………………………………...........
2.4 Leschiffres………………………………………………….............. 2.5 La législation………………………………………………….........
2.6 Délinquance et territoire……………………………………………
2.7 Les délinquants et leur rapport à la scolarité………………………
2.8 Délinquance et phénomène de groupe……………………………

INTRODUCTION

La question des mineures délinquantes est présentée comme un fait d’actualité nouveau et restant à définir. Elle fait actuellement l’objet de réflexion et de débat ausein de la société.

Je me suis intéressée à ce sujet suite à un stage réalisé dans un service de protection de l’enfance : l’ADSSEAD (association de services spécialisés pour enfants et adolescents en difficulté). C’est une association qui intervient dans le cadre des mesures éducatives de protection de l’enfance ordonnées par les juges pour enfants. Elle a pour but «  de promouvoir des actionset gérer des services visant a aider des enfants et des adolescents à un moment donné de leur histoire ».#
Les mesures éducatives exercées par le service sont l’AEMO ( action éducative en milieu ouvert), l’IOE ( investigation et orientation éducative) et les enquêtes sociales .
Le service se compose d’un directeur, d’un chef de service, de deux psychologues et de quatorze travailleurs sociaux.Le service de l’ADSSEAD suivait alors 211 mineurs dans le cadre de mesure d’AEMO. Parmi ces mineurs, on dénombrait 25 adolescents dont l’âge se situe entre 15 et 18 ans.

Durant mon stage, j’ai rencontré lors d’une visite à domicile une adolescente de 16 ans suivie dans le cadre d’une mesure d’AEMO. Cette mesure tend à favoriser l’autonomie de l’enfant compte-tenu de ses potentialités et de sacapacité à les développer.
L’objectif premier est conservatoire, il faut éloigner l’enfant de tout danger avéré ou imminent. En outre, il s’agit de favoriser son maintien ou son retour au domicile.
L’AEMO vise à rétablir la place éducative des parents et à renouer les liens familiaux.
Cette mesure est limitée dans le temps, elle doit permettre aux parents de retrouver les possibilitésd’exercer leur autorité parentale sans contrôle.

Par ailleurs, elle vise également à la restauration du lien social que ce soit par : l’insertion scolaire, les activités parascolaires, les loisirs, la formation et l’insertion professionnelle. ..
La protection de l’enfance est conçue comme relevant à la fois de l’autorité administrative et de l’autorité judiciaire.
L’autorité administrativeintervient « à titre préventif », elle propose la mesure d’AEMO lorsqu’il existe un risque de danger pour l’enfant. L’autorité judiciaire intervient « à titre curatif », elle ordonne la mesure d’AEMO lorsqu’un danger grave pour l’enfant est avéré.

La jeune fille que j’ai rencontrée et que l’on va nommé M a agressé des professeurs et un éducateur. Elle a alors été mise en garde à vue suite à cesfaits. La mère de cette jeune fille habitant au Maroc est séparée de son mari. Sa mère a décidé de confier M à sa sœur qui habite en France. M ne voit sa mère qu’une fois par an et dit ne pas ressentir le besoin d’avoir plus de contact avec elle.
M a donc été élevé par sa tante et le mari celle-ci depuis son plus jeune âge, et les considère comme ses parents...