Développement ne rime pas forcément avec croissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1028 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Développement ne rime pas forcément avec croissance
La croissance
- La croissance C’est l’accroissement des richesses d’un pays, mesuré par le Produit Intérieur Brut (l’agrégat PIB) qui peut être exprimé en valeur ou en volume.
• La croissance désigne donc un phénomène purement économique et quantitatif.
Il existe 2 types de croissance :
Croissance extensive : hausse des quantités desfacteurs de production (plus de main d’œuvre, plus de facteur capital, plus de matières premières).
Croissance intensive : hausse de la productivité (meilleure organisation du travail).

a. mesurer
Taux de croissance = ( (PIB T2 - PIB T1) / PIB T1 ) * 100

Le développement
- Le développement est un phénomène qualitatif (transformation des comportements, évolution des mentalités…) ayant unaspect structurel (industrialisation, urbanisation, extension du salariat…) et entraînant des changements économiques, sociaux, techniques, démographiques et institutionnels.
Mesurer
L’Indicateur de Développement Humain (IDH), créé en 1990, sert à mesurer le développement. Il est calculé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et prend en compte 3 facteurs :
l’espérance devie
le niveau d’instruction : taux d’alphabétisation des adultes et nombre d’années d’étude
le PIB par habitant : parité de pouvoir d’achat.
L’IDH est la moyenne des notes obtenues par les 3 composantes.
L’Indicateur de Pauvreté Humaine (IPH) a été créé en 1997. Il tient compte des conditions de vie :
accès aux services publics : eau potable, santé…
niveau de malnutrition : part desenfants de moins de 5 ans

Les effets positifs de la croissance sur le développement
      .
       La croissance a permis une forte élévation du niveau de vie, c'est à dire de la quantité de biens et de services dont dispose un ménage moyen.
       La productivité est donc au coeur de la croissance. Une augmentation de production par actif ou par heure se traduit en effet par une diminutionde la quantité de travail nécessaire pour réaliser un objet. Le produit coûte donc moins cher. Les entreprises en profitent soit pour diminuer leurs prix soit pour concéder des augmentations de salaires  ( augmentation du pouvoir d'achat du consommateur ), soit pour augmenter leurs bénéfices ( augmentation des investissements ) .Dans tous les cas, la demande augmente ce qui pousse les entreprisesà créer des emplois et à  produire plus de richesses qui seront mieux réparties par l'Etat-Providence ( Doc 3 ). Plus de trois millions d’emplois ont été créés entre 1950 et 1997 ( Doc 1 )
La croissance économique et le développement vont souvent de pair
      La Corée du  Sud et la chine ont connu les plus fortes croissances du PNB entre 1980 et 1993 : la production a augmenté de 8,7 % enmoyenne par an dans le premier pays, de 9,6 dans le second, ce qui est tout à fait exceptionnel (document 4). Ces deux pays ont également connu un développement sans précédent mesuré par leur IDH passé de 0,666 à 0,890 en Corée et de 0,475 à 0,666 en Chine (le maximum est 1). La croissance s'accompagne bien du développement dans certains cas historiques.

Conclusion partielle = La croissance estdonc source de prospérité. La société s'enrichit tout en bénéficiant de plus de temps libres et de plus de loisirs. Mais n’y-a-t-il pas des effets pervers au productivisme ?
2 - La croissance peut s’accompagner d’un mal-développement
            . La croissance a des effets négatifs sur l'environnement : épuisement progressif des ressources naturelles ,pollutions et nuisances diverses . Lacroissance produit des effets secondaires qui ne sont pas financièrement prises en charge par les producteurs mais par l'Etat ou par ceux qui les subissent.
             Le productivisme est un autre effet pervers de la croissance. D’une part, une augmentation incessante de la productivité du travail se traduit par une détérioration des conditions de travail ( dépendance vis à vis de la machine,...