Dallas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1025 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Six interprétation de la série de Dallas – E. Katz, T. Liebes.

Le travail de Katz et Liebes est un produit qui il remet en question bien des idées reçues et des théories partisanes en apportant un ensemble d'éléments de compréhension sur les mécanismes complexes qui lient le téléspectateur au petit écran. Pour résumer le propos brièvement, l'ouvrage est construit autour de la démonstrationd'une hypothèse centrale : aucun programme télévisuel n'impose un sens univoque à ceux qui le regardent, bien au contraire le sens résulte d'un processus de négociation entre divers types d'émetteurs et divers types de récepteurs. Et c'est précisément sur cette interaction entre un texte télévisuel et un téléspectateur qu'il faut se pencher pour comprendre plus largement la signification de latélévision pour son public ainsi que le rôle du lecteur dans la création du sens du texte (Fish 1980; Radwayl985). En fait, comme le rappellent Katz et Liebes, c'est en partie à l'extraordinaire succès international du feuilleton Dallas que l'on doit la multiplication dans différents pays d'une série de travaux sur cette activité de "décodage" du téléspectateur. Le travail sur le terrain a été mené audébut des années 80, en Israël, aux Etats- Unis et au Japon auprès de téléspectateurs issus de différentes communautés ethniques et culturelles et selon des méthodes qualitatives : 66 groupes de trois couples amis ont été réunis pou regarder, en présence d'un observateur, un épisode de Dallas dont ils discutent ensuite. Les propos tenus avant, pendant et après la diffusion de l'épisode ont étéenregistrés et retranscrits intégralement. Un questionnaire portant sur les pratiques de consommation télévisuelle et les caractéristiques sociologiques de chaque membre du groupe était passé en début de séance. On est donc dans la lignée méthodologique des études d'ethnologie de la réception qui sont menées depuis une dizaine d'annnées en Angleterre et aux Etats-Unis et qui se fondent sur une analyse dutéléspectateur in situ (i.e. en train de regarder la télévision dans des conditions "habituelles") avec une observation fine de ses réactions et commentaires à un programme défini. Toutefois, outre les biais méthodologiques classiques que soulève toute démarche qualitative de ce type (effet de la présence de l'observateur, artificialité de la situation, etc.), on relèvera quelques problèmesparticuliers dans l'échantillon sélectionné par Katz et Liebes. Aux Etats-Unis les groupes ont tous été constitués à Los Angeles : l'échantillon américain n'offre donc aucune représentativité nationale, mais surtout il induit un biais considérable quand on sait que l'une des activités économiques principales de la région est précisément Г industrie de la télévision. En Israël, les groupes ont étéchoisis au sein de quatre communautés culturelles différentes : des citoyens arabes, des juifs marocains ď immigration ancienne, des juifs russes d'immigration récente et des membres de kibboutz. Comment contrôler, pour ces trois derniers, les effets de la culture juive dont on connait la sensibilité particulière sur toutes les questions touchant à la famille alors même qu'il s'agit d'étudier lesréactions à une saga familiale comme Dallas ? Enfin, un des principes de départ était de ne retenir dans l'échantillon que des téléspectateurs assidus de Dallas, âgés de 30 à 50 ans, et ayant un niveau d'éducation secondaire : c'est une décision qui a sa logique, mais qui réduit singulièrement les perspectives d'analyse. Bref, ce n'est pas dans les méthodes de terrain que se situent les meilleuresperformances de l'ouvrage. La rupture avec une tradition quantitative, qui avait l'immense défaut d'être stérile, ne s'est pas accompagnée pour l'instant d'une réflexion approfondie sur les échelles d'analyse.

En revanche, on en aune démonstration éclatante dans le quatrième chapitre qui met en parallèle un récit recueilli au cours d'une soirée avec les notes de codage. On comprend alors à...
tracking img