Daniel lefeuvre : pour en finir avec la repentance coloniale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2566 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Daniel LEFEUVRE : Pour en finir avec la repentance coloniale

La société française fait face, depuis maintenant bientôt 30 ans, à une crise de la mémoire. À l’échelle nationale elle s’émiette au profit de mémoires locales et communautaires. La mémoire de la colonisation en fait partie et les débats actuels à son sujet sont particulièrement virulents. Le projet de loi du 23 février 2005 sur« le rôle positif de la colonisation française » n’a fait qu’exacerber les positions des uns et des autres sur la question. Dans cet ouvrage, loin de prendre partie en faveur de la colonisation, Daniel Lefeuvre dénonce avec les outils de l’historien les contrevérités que développent ceux qu’il nomme les « repentants ».
Daniel Lefeuvre est un historien économiste spécialiste de l’Algériecoloniale enseignant à l’université Paris VII à Saint-Denis. Sa spécialité nous laisse donc penser qu’il est en position légitime pour traiter sérieusement le sujet qu’il aborde dans ce livre. Il s’est fait remarqué par la nature polémiste du livre qui fait ici l’objet de notre attention, notamment en suscitant la réaction de l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch[1] qui est citée dans l’ouvrage.L’historien introduit son livre en commençant par définir et dénoncer les repentants. Il s’agirait d’une nouvelle génération d’anticolonialistes militants dans les médias, ces derniers seraient très complaisants à leur égard. Ils défendraient le fait que tous les problèmes liés à la jeunesse issue de l’immigration auraient pour origine la colonisation, comparée à la France de Vichy, la seulesolution serait la repentance du peuple français. Ainsi ils penseraient que la colonisation a été une extermination voulue et basée sur des principes racistes de supériorité européenne sur les peuples colonisés. Daniel Lefeuvre cite Gilles Manceron, Abdelaziz Bouteflika et le livre de noir du colonialisme pour illustrer le fait que les plus extrémistes de ces repentants font même un parallèleentre colonialisme et nazisme. Une autre de leurs accusations serait le fait que la France aurait volé les richesses de ses anciennes colonies. Ce pillage aurait été relayé ensuite par le recours à la main d’œuvre des colonies amenée contre leur gré en métropole, à qui on aurait confié les taches les plus ingrates.
Après avoir exposé leur thèse, Daniel Lefeuvre, en tant qu’historien, s’attaqueau manque de rigueur dans l’interprétation des sources sur lesquelles les repentants s’appuient pour avancer ce qu’ils disent. Il dénonce plus généralement une ignorance des sujets abordés voir la désinformation mais aussi les anachronismes dans les jugements de valeur. Les médias sont aussi pris a parti, accusé par l’auteur de négliger les travaux des historiens au profit d’une histoire travestievoir réécrite par les repentants. Cette attitude culpabiliserait sans raison le français actuel qui n’est pourtant pas responsable des actes de ses ancêtres. Pire, ces accusations, en plus d’être infondés, auraient pour but de remettre en cause la République et ses valeurs. Ainsi le Français serait profondément raciste et islamophobe. L’histoire serait utilisé par les repentants pour « dire lebien et non le vrai »[2]. La responsabilité des descendants pour ce qu’ont fait leur ancêtres et aussi abordée en évoquant les dangers que cela induit. Face à un passé, qu’il estime instrumentalisé et modifié par les repentants, l’auteur annonce ainsi vouloir rétablir la vérité historique de la colonisation à travers l’exemple de l’Algérie.
Après avoir nuancé voire contredit les accusationsdes « repentants » tout au long de son ouvrage, l’auteur averti quant au risque d’entretenir le mythe de la France raciste et coupable de tous les maux vis-à-vis de ses anciennes colonies. Selon lui, en persuadant les descendants d’immigrés provenant des colonies que la France républicaine n’a eu de cesse de les manipuler et mépriser, les « repentants » mettent en danger la république et ses...
tracking img