Trois de ces portraits ont été écrits au XIXème siècle, influencés par des courants comme le réalisme ou le naturalisme. C'est le cas du moins des textes de Balzac et de Zola. Pour dresser de telsportraits, les auteurs ne peuvent que prendre appui sur le réel, véritable source d'inspiration mais aussi gage de crédibilité. Le lecteur doit pouvoir se représenter l'individu tel qu'il lui estdonné à voir. Notons d'ailleurs que le narrateur s'impose au lecteur à de nombreuses reprises afin de rendre cette description plus vivante: "Imaginez" nous demandera le narrateur du Texte A, "Nous posonsla question"s'interroge celui de Hugo. Pour cela les détails de sa physionomie, de son comportement ou de son caractère sont largement développés. Nombre d'énumérations relatives aux détailsfavorisent cette dimension de réalité; le peintre mystérieux dans le Chef d'oeuvre inconnu de Balzac est ainsi décrit: "front chauve, bombé, proéminent". Même souci du réalisme dans le portrait de Gueuled'or chez Zola où l'homme émerge de son activité professionnelle: "Il avait le jeu classique, correct, balancé et souple". Cette idée de collusion entre l'homme et son travail transparaît égalementdans les lignes suivantes: "Un homme magnifique au travail". Le cas de Gwynplaine est un peu spécifique en raison du caractère anormal de sa physionomie; ce monstre, à l'image du bossu de Notre-Dame, aune expression figée par l'action de ses agresseurs. Toutefois même ce visage défiguré nous apparaît clairement à travers ces lignes: " Ce rire qu'il n'avait point moins sur son front, sur sesjoues, sur ses sourcils, sur sa bouche, il ne pouvait l'en ôter." Le texte de Proust n'épargne pas sa victime : cette femme jadis belle a subi les ravages de la vieillesse; certains détails ne trompentpas: "mèches blanches", "joues raides et usées", ou encore "sa figure effritée comme un bloc". D'autres éléments de détails confirment le souci de l'imitation de la réalité: les nombreux adjectifs... [à continuer]

Lire la dissertation complète

Citer cette dissertation

APA

(2010, 02). "Dans quelle mesure ces portraits prennent-ils appui sur le réel ? dans quelle mesure le transposent-ils ?" votre réponse n'excédera pas une trentaine de lignes.. Etudier.com. Récupérée 02, 2010, à partir de http://www.etudier.com/dissertations/Dans-Quelle-Mesure-Ces-Portraits-Prennent-Ils/14076.html

MLA

""Dans quelle mesure ces portraits prennent-ils appui sur le réel ? dans quelle mesure le transposent-ils ?" votre réponse n'excédera pas une trentaine de lignes." Etudier.com. 02 2010. 2010. 02 2010 <http://www.etudier.com/dissertations/Dans-Quelle-Mesure-Ces-Portraits-Prennent-Ils/14076.html>.

MLA 7

""Dans quelle mesure ces portraits prennent-ils appui sur le réel ? dans quelle mesure le transposent-ils ?" votre réponse n'excédera pas une trentaine de lignes.." Etudier.com. Etudier.com, 02 2010. Web. 02 2010. <http://www.etudier.com/dissertations/Dans-Quelle-Mesure-Ces-Portraits-Prennent-Ils/14076.html>.

CHICAGO

""Dans quelle mesure ces portraits prennent-ils appui sur le réel ? dans quelle mesure le transposent-ils ?" votre réponse n'excédera pas une trentaine de lignes.." Etudier.com. 02, 2010. Accédée 02, 2010. http://www.etudier.com/dissertations/Dans-Quelle-Mesure-Ces-Portraits-Prennent-Ils/14076.html.