Dans quelle mesure la communication événementielle, au sein d’une station de sport comme courchevel, peut elle influencer la notoriété de cette dernière ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 62 (15427 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
THEME DU MEMOIRE :

L’événementiel au sein des stations de sport d’hiver

PROBLEMATIQUE :

Dans quelle mesure la communication événementielle, au sein d’une station de sport comme Courchevel, peut elle influencer la notoriété de cette dernière ?

MAITRE DE MEMOIRE :
Monsieur Philippe COFFRE


SOMMAIRE :

Note de synthèse p3
Introduction p5
Légende p71. COURCHEVEL, UNE STATION ATYPIQUE :* p8
1.1 HISTORIQUE DE LA STATION : p8
1.2 CARTE D’IDENTITE DE COURCHEVEL : p9
1.3 INFRASTRUCTURES DE COURCHEVEL : p13
1.4 L’ECOLE DE SKI FRANCAIS DE COURCHEVEL (ESF) : p15
1.5 LES EVENEMENTS DURANT LA SAISON : p16
1.5.1 POURQUOI A COURCHEVEL : p16
1.5.2 PRESENTATION DES EVENEMENTS : p17
1.5.2.1 L’HIVER : p171.5.2.2 L’ETE : p24
1.5.3 CONCLUSION : p27
2. L’IMPACT DES DIFFERENTS EVENEMENTS SUR LA NOTORIETE DE COURCHEVEL : p28
2.1 L’EVENEMENT : UN GAGE DE REUSSITE D’UNE SAISON : p29
2.2 L’IMPACT D’UN EVENEMENT SUR UNE STATION : p31
2.3 L’EXEMPLE DE L’IMPACT DES JEUX OLYMPIQUES DE 1992 : p35
2.4 COMMENT PEUT-ON MESURER LES IMPACTS D’UN EVENEMENT SPORTIF ? p372.5 QU’EST CE QUI A CHANGE A COURCHEVEL : p44
2.6 CE QUI FAIT VIBRER LES GENS A COURCHEVEL : p44

CONCLUSION : p46
BIBLIOGRAPHIE p48
ANNEXES p51


NOTE DE SYNTHESE

Qui n’a jamais entendu parler de la station de ski de Courchevel ? Que ce soit pour ses « peoples », pour ses soirées Jet Set ou les bouteilles de champagne se succèdent ou encore pourl’ensemble des événements sportifs qui s’y déroulent ? Personne !

En effet, il est très peu probable que vous ne connaissiez pas cette station, au moins de nom. Tout nous laisse penser que cela est du au fait que depuis maintenant une cinquantaine d’années la station de Courchevel est toujours la première station à innover, que ce soit en termes d’activités proposées, de services, d’animations oud’événements. De plus, cette dernière à su se concentrer sur une catégorie de clientèle bien spécifique… Ce n’est pas un hasard si Courchevel est une de rare station de sport d’hiver ou l’on peut trouver 17 hôtels quatre étoiles, dont 12 quatre étoiles luxe. Ainsi, la station a su séduire dés ses débuts une clientèle très aisée, ce qui lui a permis de se développer rapidement et assurer sa pérennité.Néanmoins, depuis quelques années, cette position de station très chique et très « branchée » avait tendance à avoir un impact plus négatif que positif. C’est pourquoi les acteurs principaux de la station, c'est-à-dire l’ESF (Ecole de Ski Française), la Société des Trois Vallées (S3V) qui gère les remontées mécaniques et la mairie, ont rapidement pris la décision d’augmenter le nombre d’événementsorganisés au cours de la saison. Ainsi, actuellement il y a quasiment un événement par semaine pendant la période d’hiver et un tous les quinze jours pendant l’été.

Du coup, cette multitude d’événements rend accessible un produit à des gens appartenant à un segment de cible qui n’y avaient pas accès car les activités qui étaient proposées ne correspondaient pas à leurs centres d’intérêts. Plusd’événement permet de faire venir plus de gens et donc de faire découvrir la station. Le but ultime étant de les faire « tomber sous le charme » pour que ces derniers reviennent l’année d’après. Pour cela la station se doit d’être exceptionnelle à tous les niveaux. De ce fait, elle régénère les segments murs et elle fait un seul et grand segment avec des éléments du même type qui formaient une multitudede segments de même nature.

Ainsi l’organisation de nombreuses manifestations a rendu possible un « tirage frais » d’une nouvelle clientèle avec l’expansion continue de ce même segment tant que le « plein » n’a pas été fait. L’événementiel a « rempli un réservoir » de clientèle à haute contribution dans un contexte d’offre quasiment fixe et à saturation intermittente. Il s’en suit...