Dans quelle mesure le parcours scolaire de l’élève peut-il être influencé par l’établissement fréquenté

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2061 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dès les années 70 en France, les sociologues s’intéressent au rôle du système scolaire dans son ensemble. Cependant, l’établissement scolaire n’est pas une variable importante pour ceux-ci car l’école est pensée relativement homogène. L’établissement en tant que tel prend toute sa dimension lorsque la sociologie de l’éducation s’intéresse aux inégalités des chances. C’est d’abord aux Etats-Unisque se concentrent les recherches liées à l’effet de l’établissement sur la réussite scolaire. D’autres pays suivront, parmi eux la France. Les sociologues mettront en exergue les différences inter-établissements et leurs effets sur les élèves, ce qui signifie que le travail d’homogénéisation, dans lequel les jeunes disposent des mêmes conditions d’enseignement, n’est pas complet.
On peut alors sedemander dans quelle mesure le parcours scolaire de l’élève peut-il être influencé par l’établissement fréquenté.
Pour répondre à cette question, nous analyserons dans un premier temps les facteurs d’influence possibles internes à l’établissement. Puis, dans la mesure où nous aurons démontré l’influence de l’établissement sur le parcours de l’élève, nous nous interrogerons sur l’existence d’unétablissement efficace, influençant de manière extrêmement positive ce parcours scolaire.

L’établissement lui-même, associé aux dimensions gravitant autour de lui comme son organisation, son climat et sa culture, son contexte et ses différenciations, est une variable influente dans ce paradigme. Pascal Bressoux dans ses travaux sur « les effets-écoles », voit l’école comme une véritableorganisation sociale qui regroupe ses propres acteurs sociaux. En effet, l’ensemble du personnel (administratif et enseignant) doit travailler main dans la main. Un sentiment d’unité doit transparaître au sein même de l’établissement, surtout dans les zones réputées difficiles (comme les ZEP par exemple) afin que les élèves ressentent un cadre strict mais humain et propice aux apprentissages, dénué detoute tension. A la tête de l’établissement, Le directeur est une figure importante imposée. P. Bressoux considère le directeur efficace comme un « leader pédagogique ». Il se doit de mettre l'accent sur la réussite et encourager les élèves dans ce sens. Il a des attentes élevées concernant à la fois les élèves et les enseignants et reste très présent faisant sentir sa présence aux enfants comme auxadultes de l’école. Le climat de l’établissement est lui aussi un facteur essentiel de réussite des élèves. Ainsi, une bonne gestion du temps, des attentes positives en général, par exemple, favorisent un climat adéquat. Pour P. Bressoux, « chaque école est un système social qui, en tant que tel, développe son propre ensemble de rôles, normes, évaluations, attentes vis-à-vis des élèves ». Enévoquant les travaux de Purkey et Smith (1983), il nous livre quatre caractéristiques qui créent la « dynamique de l’école » et révélant une école productive. En effet, l’unité liant les membres du personnel, le sens de la communauté, des attentes élevées additionnées à des objectifs clairs et partagés par tous et enfin l’existence de règles fermes propices à un bon apprentissage, semblent êtrefavorables à la réussite scolaire.
Le contexte apporte également sa contribution à « l’effet établissement » dans le parcours scolaire de l’élève. En matière de composition du public au niveau de l’établissement, les effets du « social mix » sont importants : le groupe d’élèves favorisés « tire vers le haut » le reste des camarades tandis que le groupe d’élèves défavorisés a tendance à « tirer vers lebas » les camarades issus d’une population favorisée. Dans l’établissement, on trouve également les effets du « l’ethnic mix ». En effet, plus y a d’élèves étrangers dans l’école et plus les résultats des élèves sont en berne.
Par ailleurs, les recherches opposent l’établissement d’excellence et l’établissement « ghetto populaire ». Le premier met l’accent sur les options rares en classe...
tracking img