Dans quelle mesure les pays membres de l'union économique et monétaire (uem) disposent ils de marges de manceuvre suffisantes, en matière de politique économique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1273 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PROBLEMATIQUE
Une politique économique est l'ensemble des mesures (les moyens) décidées par les pouvoirs publics destinées à atteindre des objectifs se rapportant à la situation économique d'un pays.
L'union économique et monétaire fut mise en place en 1999, comprenant au départ 11 pays faisant déjà partie de l'Union Européenne: Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Irlande,Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal. La Grèce a rejoint l'union économique et monétaire en 2001, la Slovénie en 2007, Chypre et Malte en 2008, la Slovaquie en 2009. En 2000, trois membres de l'Union Européenne ont choisi de ne pas adhérer à l'UEM : le Danemark, la Suède, le Royaume-Uni.
L'union économique et monétaire ou "zone euro" comprend désormais 16 pays membres.
Quelles sont lescontraintes qui pèsent sur les 16 pays membres de l'union économique et monétaire pour faire face à leurs enjeux économiques et sociaux? (I) Ces contraintes sont-elles efficaces et peuvent-elles être adaptées aux différents contextes nationaux? (II)
PLAN DETAILLE
I. Une politique économique sous contrainte
Pour la clarté de l'exposé, il est nécessaire de distinguer la politique économiqueconjoncturelle de la politique économique structurelle.
Une politique économique conjoncturelle est une politique économique mise en oeuvre par les pouvoirs publics pour agir à court terme sur l'activité économique d'un pays et atteindre des objectifs jugés souhaitables (plein-emploi, stabilité des prix, équilibre de la balance des transactions courantes, taux de croissance du PIB raisonnable). Les deuxmoyens d'action pour atteindre ces objectifs sont la politique monétaire (action sur les taux d'intérêt) et la politique budgétaire (action sur les dépenses et les recettes publiques).
A. Les objectifs de la politique monétaire réduisent les moyens d'action des États-membres
1/ Dans le cadre de l'union économique et monétaire, la politique monétaire échappe à la souveraineté nationale au profit dela Banque Centrale Européenne. L'objectif prioritaire de la Banque Centrale Européenne est un taux d'inflation proche de 2% par an à moyen terme (document 1). Cet objectif de stabilité des prix est prioritaire sur tout autre objectif économique (chômage, croissance économique...). Pour poursuivre cet objectif, la BCE maintient un taux d'intérêt directeur souvent élevé.
2/ Un 1 er effet sur letaux de change effectif de l'euro: il n'a cessé d'augmenter depuis 2003. Toute dépréciation de l'euro est combattue par un relèvement du taux d'intérêt directeur de la BCE. Certes, l'euro est devenu la 2e monnaie internationale après le dollar, mais l'euro fort depuis 2003 dégrade la compétitivité prix et par conséquent, le solde de la balance des transactions courantes (document 2) des Étatsmembres. Cela entre en contradiction avec les objectifs de compétitivité de la stratégie de Lisbonne (document 6)
3/ Un 2e effet: les pays membres de l'UEM ont en général des taux d'inflation plus faibles qu'au Royaume-Uni, mais le prix à payer est:
- une croissance économique morose : taux de croissance moyen du PIB réel dans la zone Euro inférieur de 0,5 points à celui du Royaume-Uni en 2007, et de0,2 points à la moyenne des pays de l'UE)
- un taux de chômage élevé (écart entre le taux de chômage moyen de la zone Euro en 2007 et celui du Royaume-Uni = 2,1 points; écart entre le taux de chômage moyen de la zone Euro et la moyenne de l'UE = 0,3 points) document 4
B. Des instruments de politique budgétaire limités
1/ Rappel des critères du Pacte de Stabilité et de Croissance: le déficitdes administrations publiques ne doit pas dépasser 3% du PIB, et la dette publique ne doit pas excéder 60% du PIB (document 4)
2/ Par conséquent, les politiques de relance par les dépenses publiques sont limitées: le seul instrument dont disposent les États-membres semble être celui des stabilisateurs automatiques* budgétaires (les déficits publics varient de façon contra cyclique, parce qu'un...
tracking img