Dans quelle mesure peut-on parler de crise de l’institution familiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1985 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Dans quelle mesure peut-on parler de crise de l’institution familiale ?

Introduction

Valeur fondatrice de la société, la famille est le premier lieu d’apprentissage de la vie en communauté. Reposant sur l’alliance et la filiation, elle a connu différentes définitions selon les époques. Pendant la première moitié du XXe siècle, le modèle prédominant est la famille nucléaireconstituée du couple et de ses enfants. L’après seconde guerre mondiale voit la société profondément transformée par l’avènement de la société de consommation, la place croissante de la femme dans le monde scolaire et professionnel, la libération des mœurs. Les valeurs familiales ont subi des modifications telles qu’elles conduisent à parler de crise de l’institution familiale. Après avoir montré lesdifférentes manifestations de cette crise, nous essaierons de la relativiser en montrant qu’en dépit de ces la famille reste une valeur importante dans notre société.

Première partie : la fragilisation du modèle traditionnel permet de diagnostiquer la crise de l’institution familiale

A. Les symptômes de la crise

Le premier signe de la crise est la baisse importante de la nuptialité. 1972 futune année record pour le nombre de mariages célébrés (416 000). Depuis, le mouvement s'est inversé et l'on assiste à un déclin sensible de l’engagement matrimonial. Si le minimum historique a été atteint en 1994 et 1995 (250 000), en 2009, le nombre de mariages était de 256 000, soit un taux de nuptialité de 4 pour mille. Moins fréquentes, ces unions sont également plus tardives: entre 1970 et2008, l’âge moyen est passé d’environ 23 et 24 ans à 30 et 32 ans respectivement pour les femmes et les hommes. L'ancrage dans le célibat s'accentue chez les 18-34 ans et se localise non seulement dans les campagnes, particulièrement chez les agriculteurs, mais aussi dans les grandes agglomérations (un Parisien sur deux vit seul). Selon l’Observatoire du célibat, près de 15 millions de Françaisseraient célibataires.
Second signe éloquent, la divortialité a augmenté : son taux était de 2,1 pour mille en 2008. Les divorces se multiplient et surviennent de plus en plus tôt dans la vie du couple, la précocité du mariage et la période de conception du premier enfant constituant des facteurs de risque. Cette diffusion touche, à des degrés divers, l'ensemble des catégoriessocioprofessionnelles (particulièrement les ouvriers, les cadres supérieurs et les professions libérales) mais demeure plus limitée en milieu rural. En Ile-de-France, un mariage sur deux se termine par un divorce. Le nombre de familles monoparentales représente 13,9% des familles.
Un autre symptôme confirme le diagnostic de crise : le développement de l'union libre. L'accroissement le plus spectaculaire concerne lacohabitation juvénile (couples sans enfants formés de deux célibataires, et dont l'homme est âgé de moins de trente-cinq ans). Les effectifs de cette catégorie ont quadruplé entre les deux derniers recensements.
Dernier signe, la baisse de la fécondité et l’augmentation des naissances hors mariage font que la famille d’antan est de plus en plus rare. Actuellement, plus d'un nouveau-né sur deuxest un enfant naturel (la proportion n'était que de un sur dix en 1979). Si la France connaît depuis ces dix dernières années un mini baby-boom, avec un taux de fécondité proche de 2,1, la taille des familles a diminué : en 2005, le nombre moyen d’enfants par famille était de 1,8 contre 2,2 dans les années 1960. En outre, l’âge de procréation du premier enfant se situe autour de 30 ans
B. Lesraisons de cette crise

De nombreuses raisons expliquent cette crise. La montée de l’individualisme et son corollaire le désir d’émancipation ont conduit la société, après 1968, à s’affranchir des contraintes qui pesaient sur elles. La loi sur le divorce par consentement mutuel de 1975 et la simplification de la procédure en 2005 ont facilité la séparation des conjoints. Quand les couples ne...
tracking img