Dans quelle mesure une reprise de la croissance dépend-elle d'une relance de l'investissement ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2074 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans quelle mesure une reprise de la croissance dépend-elle d'une relance de l'investissement ?

" L'investissement est un facteur clé des fluctuations conjoncturelles " (Keynes). Par ceci, il faut entendre deux choses, qui reflètent d'ailleurs bien toute la problématique du sujet qui nous intéresse ici: bien que l'investissement soit un facteur clé d'une croissance économique saine, il restesoumis, comme tout agrégat, aux limites le régissant. Cependant, il reste souvent un doute sur le sens de la relation unissant l'investissement et la croissance économique, et surtout sur sa portée.
Nous entendrons par croissance économique l'évolution soutenue pendant une ou plusieurs longues périodes d'un indicateur de richesse tel que le PIB ou le PNB en termes réels, à savoir corrigés del'inflation. Par ailleurs, l'investissement est l'opération par laquelle un agent économique décide d'acheter des biens de production durables: ils servent plusieurs fois et au moins un an.
En ces termes, nous nous interrogerons donc sur la mesure dans laquelle une reprise de la croissance économique dépend d'une relance de l'investissement. Peut-il seul la favoriser ? A défaut, quelles sont leslimites de son action ?
Pour apporter les réponses requises, nous verrons que si l'investissement constitue bien un facteur clef de la croissance économique ( I ), il n'en reste pas moins régit par des principes qui constituent par la même les limites de son apport bénéfique ( II ).

I - L'investissement, l'un des vecteurs clef de la croissance économique.

A - A court terme,l'investissement favorise la demande.

Investir, c'est acquérir du capital, à savoir des machines, bâtiments ou encore des brevets. En conséquence, si investir revient à acheter, l'investissement représente une composante de la demande globale, à coté de la consommation. Si l'investissement augmente, l demande globale va augmenter: il faut produire davantage de machines, par exemple, pour répondre à lademande d'investissement des entreprises. Keynes a montré que l'accroissement de l'investissement, donc de la demande, entraînait un accroissement plus que proportionnel de la croissance économique: c'est le mécanisme du multiplicateur. ( plus précisément, c'est KAHN qui est à l'origine de cette théorie, depuis 1931 ). Selon ce dernier, cela signifie que l'Etat peut jouer un rôle positif dansl'économie, notamment lorsque celle-ci est en situation de chômage. Autrement dit, qu'une dépense de l'Etat, rémunérant des travailleurs, entraîne par la suite plusieurs vagues de consommation. Plus précisément, Keynes considère que 20% du salaire donné à un travailleur serait épargné, tandis que 80% seraient destinés à la consommation ( ces chiffres sont donnés à titre de proportion, et non de chiffresréels ). Ainsi, plusieurs vagues de consommation vont se former toujours à partir des 80% dédiés à la consommation, jusqu'à ce que la consommation atteigne logiquement 0. On constate donc que les dépenses de l'Etat selon Keynes engendreraient des vagues successives de consommation générant elles-mêmes des surplus de production et donc, conformément à la théorie générale de l'auteur, de la croissanceéconomique. On peut remarquer que, bien qu'il représente une part bien plus faible dans la demande que la consommation, l'investissement joue un grand rôle dans les variations de la demande à court terme: en effet, la consommation est relativement stable dans le temps ( elle a une grande force d'inertie ), tandis que l'investissement est beaucoup plus instable, car évolue en fonction desanticipations économiques des agents: dans les fluctuations conjoncturelles de l'activité, les variations de l'investissement jouent finalement un grand rôle. On peut noter que le multiplicateur s'est montré très efficace pour lutter contre la crise des années 1930 ( politique de grands travaux du New Deal ), et a aussi stimulé l'augmentation de la croissance des 30 glorieuses.

B - A moyen terme,...
tracking img