Danse contemporaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La danse contemporaine se pose en corps indiscipliné dans la mesure où elle ne fait pas que danser. Elle cherche, à travers le corps, de multiples manières de raconter, de problématiser le monde. On pourrait presque dire qu'elle ne danse plus tant la forme qu'elle propose est déclinée, "pluralisée". Il est alors intéressant de voir en quoi le corps devient un mode de réflexion, de remise encause de tout: remise en cause sociale du monde, de l'art, de la danse et du corps lui même. On ne parle plus de danse, on parle de corps qui réfléchissent. Le corps n'est plus un moyen, mais l'essence de toutes représentations, de toutes créations.

Dans un premier temps, la danse contemporaine se pose en chercheur, en sociologue. Elle choisit la scène pour réfléchir sur l'état du monde actuel.Dans Febre,créé par la compagnie Membros ( fondée par Paulo Azevedo et Tais Vieza) et présenté au théâtre National de Chaillot, on découvre un mélange entre hip hop et danse urbaine. Ce spectacle tente de rompre avec les idées préconçues et propose une réflexion sociale sur la société et ses travers. Elle extériorise les violences urbaines à partir d'un travail sur le corps et son environnement.On est en face de performances physiques, de jeux de répétitions et d'images de violences qui sont là pour faire réagir, "danser la douleur du monde". La danse devient le moyen d'un discours, sociale, un exutoire du quotidien. Il s'agit de montrer un mal pour vaincre un mal. Le discours vient sous la forme de signes et de la parole dans un jeu entre corps vivant et non vivant.
La dansecontemporaine propose un corps qui est porteur de sens. Il n'est plus là pour donner l'illusion, mais pour montrer la vie dans ce qu'elle a de plus cru, de plus véritable. Le corps se bat, souffre, supporte pour montrer et recréer la sensation qui émane de notre société. De même que dans Ashes, crée par le chorégraphe Koen Augustijnen au théâtre des Abbesses, les corps des danseurs remuent, crient, seconfrontent, questionnent, pour rendre compte du désordres des sentiments humains. Gregory Edelein, qui donne un baton pour se faire battre à un autre danseur, Jakub Truszkowski. Il lui met dans les mains puis se jette à terre en attendant les coups. L'autre pose calmement le bâton, essaie de le repousser. Mais continuellement celui qui cherche les coups revient à la charge et se jette à terre avecplus de violence encore. Les autres danseurs observent la scène sans intervenir. Parmis eux, un homme , Gaël Santisteva, tombe, se relève, tombe encore, monte sur le toit, manque d'en tomber et se récupère au dernier moment, mais fini quand même par en tomber. Il grimpe le long des murs et s'élance dans le vide. On retient alors son souffle mais il rebondi sur un trampoline que l'on n'avait pas vuet disparaît pour mieux en dégringoler. Chantal Loïal aguiche son homme : "Viens ! Viens ! Viens !" A chaque fois, il avance d'un pas mais quand il est trop proche, elle le repousse d'un : "Pars ! Pars ! pars!" Et les injonctions se répètent à un rythme endiablé qui fait bientôt perdre la tête à l'homme. L'acte de danser présente un corps quotidien dans un environnement précis qui va agir pourvoir ce qui se produit, ce qui résonne lorsqu'il est amené dans un déséquilibre.
La danse contemporaine réfléchit aussi à la représentation du moi et du toi, sur la relation entre soi et l'autre. Rire, créée par Antonia Baehr au théâtre de la Bastille, en est une belle illustration. Au travers de son spectacle, elle questionne les relations et les perceptions humaines à partir d'un mouvementcorporel et spirituel propre à tout être humain: le rire. Elle l'explore, le malmène, le libère, ouvrant une véritable relation entre interprète et spectateur. Elle casse les frontières entre scène et salle, revenant à l'essence des sens où les corps se rassemblent en un même état: le rire est contagieux et animent tout les corps dans la salle. "l'information visuelle génère, chez le spectateur, une...
tracking img