David - peintre politique ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2694 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Jacques Louis David est un peintre français né le 30 Août 1748 à Paris. David est surtout connu pour sa vie artistique puisqu'il est considéré comme le chef de file de l'école néoclassique et celui qui cherche à « regénérer les arts en développant une peinture que les classiques grecs et romains auraient pu sans hésiter prendre pour la leur » selon la célèbre formule du peintrelui même. De sa vie politique on ne sait généralement presque rien excepté le fait qu'il était le peintre officiel de Napoléon et donc celui du Sacre. Ce que l'on sait donc moins c'est que David a été très tôt impliqué dans la vie politique : d'abord subtilement à travers ses oeuvres puis concrètement pendant la Révolution et surtout la Terreur en étant un des alliés principaux de Robespierre et deson régime en farouche républicain qu'il était. Largement échaudé après la Terreur, David cherchera à se retirer de la vie politique malgrè le fait qu'il deviendra le peintre officiel de Napoléon Se pose alors la question : David fut-il un peintre politique ? Dans une première partie, j'étudierais la vie de David de 1781 à 1789 alors qu'il est un peintre faisant passer ses idées progressistes àtravers ses tableaux sans pour autant encore les expliciter. Dans une seconde partie, j'étudierais la période de 1789 à 1795 alors que David est au service de la Révolution autant par ses oeuvres que par ses actions. Enfin dans une dernière partie, j'étudierais la période 1798 à 1815 au moment où David tente de se faire discret dans la vie politique tout en étant au service de Napoléon

Partie I: Un peintre aux idées progressistes [1781-1789]

Je vais montrer le fait que David fasse passer des idées politiques à travers ses oeuvres en étudiants 3 tableaux. David connaît un début de carrière houleux : il a du mal à se faire reconnaître malgrè des contacts bien placés tels que le peintre du roi Louis XV François Boucher. Il est désireux d'exposer au Salon : ce fait pourrait lui ouvrir laporte d'une carrière académique mais surtout des commandes royales ce qui pourrait le faire vivre très confortablement > Pour ce fait, il doit par son art séduire les académiciens.

Premier tableau : • Il y parvient grâce à son tableau intitulé : Bélisaire reconnu par un soldat qui avait servi sous lui au moment qu'une femme lui fait l'aumône et plus connu sous le seul nom de Bélisaire etdatant de 1781 Ce que les académiciens ne voient pas ce sont les intentions pamphlétaires de l'ouvrage En effet, David établit ici une critique virulente de la monarchie et de l'injustice du pouvoir (symbolisé par l'aumône). Ironie du sort, Bélisaire qui était un grand général, mendie au pied d'un monument évoquant la gloire militaire Bélisaire : Général de Justinien, qui fut l'un des plus grandscapitaines de son temps. Impliqué dans un complot contre Justinien, il eut les yeux crevés par ordre de l'Empereur en 561 après J.C et fut aussi dépouillé de tout ses biens. Ironie du sort, Bélisaire qui était un grand général, mendie au pied d'un monument évoquant la gloire militaire Très bien accueilli par les académiciens qui n'ont pas vu ou n'ont pas voulu voir la critique et a également séduit lesLumières. Diderot rendra hommage au tableau en disant : « Toujours je le vois et crois toujours le voir pour la première fois »

Deuxième tableau : Le deuxième tableau que l'on peut considérer comme ayant une portée politique est celui commandé par le Surintendant Général des Beaux Arts d'Angevillier pour le roi lui même. • En effet ayant exposé au Salon, David s'est ouvert la porte de toutesles commandes : une vrai célébrité • Ce tableau intitulé Le serment des Horaces date de 1785. • Le seul reproche qui est fait à David est sur le plan formel : on lui repproche d'avoir fait plus grand que ce qui avait été demandé. • Ainsi ce tableau traite le début de la guerre entre Horaces et Curiaces : au temps de la guerre entre Rome et Albe en -669. On décide de régler a querelle entre les...
tracking img