De gaulle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2208 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
C'est la libération de la France. On découvre un pays bouleversé où se pose très vite le problème du pouvoir ; pour le résoudre, il faudrait que l'autorité centrale puisse communiquer et donner des instructions, cependant, tous les moyens de communication sont coupés. Pour cause les ravitaillements sont difficiles mais les Alliés s'empressent de reconstruire la France. La libération ne donnealors au pays aucune aisance matérielle mais une détente morale, ce qui provoque alors illusions et euphorie. Le général de Gaulle, lui, reste lucide : il sait que cette reconstruction ne va pas être facile. Il veut tout d'abord réorganiser les personnalités du pouvoir. Il pose les problèmes de la France qui ne sait pas qu'elle est en guerre lors de réunions importantes comme celle du Palais deChaillot. Pendant que les forces publiques posent des difficultés aux autorités, de Gaulle évoque le fait que sa popularité lui est capitale et qu'il a besoin de l'appui du peuple. Il énumère par la suite deux mois de déplacement dans le but de se rapprocher des populations. C'est à la fin de ce voyage que les Français reconnaissent que sans lui, ils seraient à la merci de la monarchie .Il dit égalementrecevoir le soutien des représentants au pouvoir et de tous les régimes antérieurs. De Gaulle, devinant Hitler se préparer à l'offensive, est pressé que lui et ses alliés atteignent le coeur de l'Allemagne et fait tout son possible pour faciliter l'avancée. Dans cette visée, plusieurs voyages sont faits, notamment vers les troupes et plus particulièrement celle de son ami De Lattre.

Cechapitre d’ouverture du tome III pose les enjeux de la Libération : un nouveau chantier s’ouvre à de Gaulle. L’action du chapitre couvre dix semaines, de la libération de Paris à l’établissement de l’assemblée consultative de Strasbourg. La France entre dans une ère de turbulences, de nouveaux dangers surgissent : risque d’éclatement du pays dans la guerre civile, risque d’effondrement de l’Etat, risquede ne compter pour rien dans les négociations de paix à venir. La première surprise est de découvrir qu’à situation nouvelle, ennemis nouveaux. Ainsi les Allemands, défaits ou sur le point de l’être, deviennent quantité négligeable et les libérateurs d’hier deviennent les ennemis d’aujourd’hui : à l’intérieur, les communistes ; à l’extérieur, les alliés.
La seconde surprise est l’utilisation quede Gaulle fait de la troisième personne pour se nommer lui-même. On a pour habitude dans l’étude des textes autobiographiques de distinguer le « je narré » du « je narrant ». Les expressions manquent d’élégance, mais elles sont commodes, et je vais donc les conserver. Dans les Mémoires de guerre, le « je narré » se double d’un « il », dont on dit qu’il imite le Jules César de La Guerre des Gaules.Cependant, il me semble que l’usage qu’en fait l’auteur est assez différent.
Nous voilà donc face à deux « je » et un « il » pour un résultat qui pourrait être cette équation paradoxale : deux plus un égal UN, ou (« je narré » + « De Gaulle ») + « je narrant » = l’homme providentiel de 1959. Je m’explique.
Au commencement était le « je narrant ». De Gaulle écrit en 1959, soit quinze ans aprèsles faits. Il adopte la posture du Mémorialiste des Vies majuscules, celui qui sait mieux que tout autre ce qu’il en est, puisqu’il y était et qu’il en était l’actant majeur. Il est donc le mieux placé pour informer la postérité sur la situation, son rôle, et les leçons à tirer pour l’avenir.
De fait, le ton est à la justification. De Gaulle veut montrer qu’à deux reprises déjà, l’avenir lui adonné raison. Il décide donc de dresser lui-même son portrait, en pied et en majesté, portrait pour l’Histoire, son propre monument. D’où les choix opérés dans la matière narrative : rien de personnel, rien d’intime, seul l’homme public est montré.
Et cet homme est doté de capacités exceptionnelles qu’il s’agit de mettre en avant : capacité à évaluer une situation, ses risques et son potentiel ; à...
tracking img