De la société de industriel à la société de consomnation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3046 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Composition : De la société industrielle à la société de communication


Partir des deux photos du livre p. 34 : les voitures empilées du sculpteur français Arman et celle du jeune japonais « branché » avec son portable dans le quartier de la mode et des affaires de Tokyo : tout est dit !

INTRODUCTION : le long demi-siècle qui part de la fin de la 2° guerre (1945) à nos jours est marquépar une transformation considérable de la société à l’échelle mondiale. En effet on va passer de l’apogée d’un système productif né avec la révolution industrielle (milieu du XIX° siècle) à la naissance d’un type de société : la société de communication. La mutation, le passage de l’une à l’autre se traduisant par des crises et surtout par une redistribution des espaces et des puissances ainsi quepar des modification profondes des modes de vie avec bien sûr des différence selon le degré d’intégration des populations à la nouvelle société. Nous étudierons donc la période des » 30 Glorieuses », apogée de l’ancien système, puis le tournant du milieu des années 70 marqué par des crises et des mutations et enfin nous caractériserons la nouvelle société fondée sur la mondialisation et lescommunications qui se met en place à l’orée du XXI° siècle.

I. Les « 30 Glorieuses » (Jean Fourastié) apogée de la civilisation industrielleIntro : Après la seconde guerre mondiale, le monde va connaître 30 années d’une croissance économique sans précédent (merci la guerre !!!), qui va transformer la société et faire entrer une grande partie des populations des pays développés dans la « société deconsommation »
A. Une croissance économique sans précèdent1) De 1945 à 1975, la production des biens services est multipliée par 3 ; beaucoup de pays développés ont une croissance annuelle de 5 % (du jamais vu) et la croissance du commerce est encore supérieure à celle de la production. Cette forte croissance s’explique par plusieurs facteurs : le rôle du nouveau système monétaire mis en place àBrettons Woods, le GATT avec les négociations (rounds) qui font baisser les droits de douane.

La demande est stimulée par les nécessités de la reconstruction et le plan Marshall a été bénéfique pour l’Europe de l’ouest ; et aussi par la croissance démographique d’après guerre (baby boom dans les pays riches et baisse de la mortalité dans les pays pauvres), ainsi que par la publicité et lecrédit qui font naître de nouveaux consommateurs. .
De plus la production industrielle se renouvelle grâce au pétrole qui supplante le charbon comme principale source d’énergie et en même temps se développent les secteurs des biens de consommation (automobile, appareils ménagers) ou d’équipement (avions, infrastructures…) et les services santé éducation, loisirs…
Les entreprises multinationales sedéveloppent mais le rôle de l’Etat est important car les acteurs économiques s’inspirent des idées de Keynes pour qui l’Etat doit intervenir pour régler la croissance, maintenir le plein emploi par un rôle distributif avec le développement des services publiques (« Welfare State » : « Etat providence »)

Ainsi malgré l’augmentation de la population, le chômage diminue (plein-emploi) et le pouvoird’achat augmente : tout semble aller dans le meilleur des monde !

2) Une croissance mondiale : Parmi les pays riches, les 2 vaincus le Japon et la RFA ont les plus forts taux (1p36) revanche économique, mais le monde socialiste (URSS et pays d’Europe de l’est) ont aussi des taux élevés tout comme les pays du Tiers monde dont une grande partie accède à l’indépendance dans les années 60 mais ilsne sortent pas de la pauvreté.

3) L’avènement de la société de consommation : Celle-ci apparaît d’abord aux EU dans les années 50 pour se développer en Europe de l’ouest dans les années 60 mais le monde socialiste et bien sur le Tiers monde sont en retard ou ne la connaissent pas.

Ainsi la société change dans ses structures : baisse considérable des paysans (primaire) avec la...