De la société industrielle a la société de consommation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2515 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DE LA SOCIETE INDUSTRIELLE A LA SOCIETE DE CONSOMMATION :
LES GRANDES TRANSFORMATIONS DU SECOND XX° SIECLE

Comment les économies et les sociétés occidentales ont-elles évolué dans la seconde moitié du XX° siècle ?

Dans la seconde moitié du XX° siècle, la croissance économique a été spectaculaire, bien supérieure à celle du XIX° siècle, siècle de l’industrialisation. L’accroissement desrichesses et les mutations économiques s’accompagnent de profondes transformations des sociétés occidentales : la société de consommation s’épanouie tandis que naît une société de communication.

I. LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES 

1. Les « Trente Glorieuses » :

Projection d’extraits du document vidéo « La France des Trente Glorieuses »

a- Une forte croissance économique :
Doc. 2 et 4p.33
Entre 1950 et 1973, les économies libérales occidentales connaissent une croissance sans précédent, régulière, supérieure à 5% par an, accompagnée d’un quasi plein emploi.
Causes :
- Augmentation de la population (« Baby-Boom »)
- Accroissement et hausse de la qualification de la main d’œuvre
- Reconstruction d’un monde en ruines
- Intervention des pouvoirs publics (PlanMarshall, commandes de l’Etat…)
- Système monétaire international stable depuis Bretton Woods
- Innovations technologiques (nucléaire)
- Progrès de la gestion d’entreprise
- Gains de productivité : généralisation du taylorisme et du fordisme, développement de la recherche
- Globalisation financière favorisée à partir des années 1960 par les transactions boursièresimmédiates entre les places boursières.
- Libéralisation des échanges grâce à la signature en 1947 du GATT qui réduit les tarifs douaniers et uniformisent les avantages commerciaux internationaux.

b- Les pays bénéficiaires :
De façon paradoxale, les pays qui connaissent le plus grand essor sont les vaincus de la guerre : Japon et Allemagne, qui sont particulièrement aidés par les E.U. afin decontenir le communisme. Tous les PDEM, c'est-à-dire tous les pays occidentaux capitalistes, profitent de la croissance et bénéficient du soutien économique américain (Plan Marshall). Des alliances économiques se créent comme la CEE en Europe de l’Ouest (Traité de Rome en 1957).

2. La crise des années 1970-1980 :

a- Les causes :
Doc. 1-2-3-4-5 p.34-35
- Chocs pétroliers de 1973 (baril X 4)et de 1979 (baril X 3), soit un baril X 13 entre 1973 et 1980.
- Désordre monétaire international : abandon du SMI en 1971 (fin du système de Bretton Woods) quand le président des E.U., Nixon, suspend la convertibilité du dollar en or. On entre alors dans un système de changes flottants : les devises dont le taux de change était jusque là fixe par rapport au dollar, seule convertible en or,fluctuent en fonction des règles du marché ce qui entraîne de la spéculation.
- Fin du Baby-boom : baisse de la demande
- Saturation des marchés intérieurs
- Ralentissement des innovations techniques et atténuation des gains de productivité.

b- la stagflation :
L’activité économique ralentie et cette récession se caractérise par une forte montée des prix (inflation) : la crise des années 1970est appelée stagflation (contraction de stagnation et inflation) caractérisée par un ralentissement de la croissance économique et par une flambée des prix. Auparavant, c’était l’un ou l’autre !
- Le chômage explose.
- Les anciennes industries textiles, sidérurgiques s’écroulent…
Cette crise n’est toutefois pas une dépression car la croissance économique se poursuit même si le rythme est moindre(doc. 4 p.35). Les gouvernements hésitent entre des mesures de « stop » (Politique de rigueur et de désengagement de l’Etat qui consiste à lutter contre l’inflation aux dépens de l’emploi : Thatcher, Reagan) et de « go » (politique de relance avec intervention de l’Etat de type keynésienne qui consiste à lutter contre le chômage en relançant la demande). Doc. p. 36 et 37

3. L’évolution...