De quelle signification est porteuse, dans les chants au programme, la notion de l’hospitalité ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2892 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : De quelle signification est porteuse, dans les chants au programme, la notion de l’hospitalité ? (référence à la traduction de Jacottet )

Dans L’Odyssée d’Homère, on ne peut que remarquer que le héros, dès son arrivée en une nouvelle terre se pose la même question sur ses habitants : « Vais-je trouver des brutes, des sauvages sans justice, ou des hommes hospitaliers, craignant lesdieux ? » La question de l’hospitalité prend donc une place importante dans l’œuvre, puisqu’elle est répétitive, mais quelle est son importance véritable ? En d’autres termes : de quelle signification est porteuse la notion de l’hospitalité dans les chants V à XIII ?
Pour répondre, nous étudierons d’abord l’hospitalité à l’arrivée d’Ulysse en une nouvelle terre, puis celle qu’on lui porte lors d’undépart et enfin nous nous pencherons sur le rituel de l’hospitalité en lui-même.

I-L'hospitalité manifestée à l'arrivée
A chaque arrivée en un nouveau territoire, Ulysse se demande si on va lui réserver un bon accueil, ou encore lui faire des cadeaux, selon les règles de l’hospitalité.

1) Hospitalité des Phéaciens
Tout d’abord, quand il se réveille sur un rivage Phéaciens (chant VI), après32 jours de navigation, et une tempête engendrée par Poséidon, Ulysse entendant les voix des servantes et de la jeune Nausicaa jouant à la balle ne peut retenir sa question (v. 119 à 121) : « Hélas ! En quelle terre encore ai-je échoué ? / Vais-je trouver des brutes, des sauvages sans justice, / ou des hommes hospitaliers, craignant les dieux ? » La jeune fille, suivant son devoir, inspirée parAthéna, qui lui donne le courage (v. 140), reste devant Ulysse nu, prête à le servir, à l’aider, ne voulant le priver « ni d’habits, ni d’aucune chose / qu’il convienne d’offrir aux misérables suppliants » (v. 191-192). Il faut ici noter qu’elle agit ainsi car c’est un devoir religieux : « il nous faut l’accueillir ; car les mendiants, les étrangers / viennent de Zeus, et le moindre don leur fait joie» (v.207-208). Elle lui fait prendre un bain, et lui donne de la nourriture ainsi que des vêtements propres.
Quand Ulysse arrive au palais d’Alcinoos (Chant VII), père de Nausicaa, il se met à genoux devant la reine (v.151-152). Echénéos, un vieillard, remarque au roi de ne pas laisser l’hôte à terre (v.159,160). De plus, il insiste sur la nécessité de lui offrir un repas (v.166) et du vin(v.164), après l’avoir fait asseoir dans un siège. Alcinoos ira jusqu’à installer Ulysse dans le siège de « son fils Laodamas / qui était près de lui et qu’il chérissait plus que tout » (v.169-171). Avant le repas, il lui fait laver les mains (rituel de purification, pour les dieux v. 173), avant de faire une « offrande à Zeus, / dieu de l’Eclair, ami des vénérables suppliants » (v.180-181), et enfinde manger. Ils lui offrent enfin de quoi dormir (v.340-343).
Les Phéaciens sont ainsi un bon exemple d’hospitalité à l’arrivée. D’autres personnages ne respectent pas ce rituel comme il se doit, comme Circé.

2) Hospitalité de Circé
Effectivement, Circé (Chant X) est une enchanteresse, qui malgré les apparences ne saurait accueillir les compagnons d’Ulysse conformément aux règles et au devoird’hospitalité : elle les invites en premier lieu à manger, comme le veut la tradition, mais elle profite du repas pour user de ses sorts (v.230-245). Elle fait de même avec Ulysse : « Elle me fit asseoir dans un fauteuil aux clous d’argent » (v.314) et « Elle m’offrit la coupe d’or » (v.317). Il faut insister sur la présence du verbe offrir qui montre bien que l’enchanteresse fait semblant de partird’un bon sentiment envers lui, en lui offrant un siège et de quoi manger, alors que son seul but est de le transformer en porc. Si Ulysse n’avait pas été prévenu par son compagnon Euryloque, ou encore par Hermès, le messager des dieux, il aurait été pris au piège devant cette hospitalité apparente, tous comme ces compagnons. Une fois qu’Ulysse a détourné son sortilège, Circé se voit...
tracking img