Debprime

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1526 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DISTINCTION ENTRE LA CRISE ECONOMIQUE ET LES CRISE FINANCIERE

La crise financière concerne les banques entre elles : la faillite retentissante de grands établissements a créé une crise de confiance entre les banques : le manque de confiance les a amenés a ne plus se prêter d'argent entre elles car elles ont douté de leur solvabilité, ce qui ont eu pour effet qu’elles n'ont plus été en mesuretemporairement de prêter aux entreprises et aux particuliers.

La crise économique découle en partie de la crise financière : les entreprises qui n'ont pas pu avoir de crédit pour leur fonctionnement ont des difficultés à s'en sortir, certaines ferment ou licencient une partie du personnel. Ces personnes au chômage ne peuvent plus consommer, et ceux qui n'ont pas perdu leur boulot ont peur de leperdre. Donc la consommation baisse, ce qui met les entreprises encore plus en difficultés etc.

Le terme crise financière s'emploie pour désigner un ensemble assez large qui inclut:
1 les crises du change, 2les crises bancaires et les crises boursières. Mais le terme est également utilisé pour désigner les crises de la dette publique ou des crises qui affectent un marché financier exemple lacrise financière actuelle. La crise financière internationale qui frappe le monde depuis bientôt deux ans est présentée comme étant la plus grave crise financière jamais vécue depuis la grande dépression économique de 1929. Elle a débuté aux Etats-Unis, en février 2007, avec la crise des crédits hypothécaires à risque (mortgage subprimes crisis), et s’est très vite propagée aux marchés financiersà travers les produits dérivés, conséquences de la titrisation des créances des banques et des établissements de crédit. La titrisation est une technique financière par laquelle des créances traditionnellement illiquides et gardées par leurs détenteurs jusqu’à l’échéance sont transformées en titres négociables et liquides. Cette transformation qui peut, par ailleurs, s’accompagner d’unerestructuration et d’une reconfiguration constitue pour les banques (et tous les établissements faisant du crédit) une opportunité de gérer de façon nouvelle leurs bilans et d’adapter leurs structures financières à leurs objectifs.
Ainsi, les créances sont cédées à des Fonds communs (Special Purpose Vehicle) qui sont des entités établies spécialement à l’effet de recevoir des titres de créances de lapart d’établissements de crédit avant de les transformer en titres dérivés qui, après évaluation par une agence de notation, seront placés auprès d’investisseurs. Cependant, l’opération de titrisation des créances et de vente des titres dérivés à des investisseurs institutionnels s’est avérée, par la suite, être un facteur de propagation de la crise des subprimes aux marchés financiers.
De plus,comme ces titres avaient été restructurés et reconfigurés, et cédés seulement après rehaussement [1], ils avaient obtenus la notation AAA de la part des agences de rating et avaient été assurés avec une bonne police. Mais, l’éclatement de la bulle immobilière et la crise des subprimes qui s’en est suivie ont occasionné des pertes d’actifs considérables aux banques, aux compagnies d’assurance et auxinvestisseurs institutionnels ainsi que l’effondrement des marchés financiers. Du fait de la globalisation financière, la crise financière s’est propagée à tous les continents.
Au total, trois grandes causes ont été à l’origine de la crise financière internationale : la trop grande prise de risques de la part des banques dans l’octroi de crédits, le transfert et la diffusion des risques àtravers les produits dérivés et le manque, voire l’absence, de transparence de la part des banques, dissimulant des pratiques anormales.
Aujourd’hui, la crise financière internationale est en cours de se transformer en ralentissement économique mondial. Selon le G20, réuni au sommet le 15 novembre 2008 à Washington, le taux de croissance de l’économie mondiale passera de 3,7 % en 2008 à 2,2 % en...
tracking img