Decretale super speculam

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2952 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte : décrétale super speculam

La décrétale « super speculam » a été prise par le pape Honorius III le 16 novembre 1219. Elle intervient au milieu d’un contexte historique particulier qu’il convient de décrire afin de comprendre toute l’importance de ce texte dans l’Histoire. Le droit romain n’a pas complètement disparu en Occident depuis la disparition de l’Empire romain en476. On le connaît à travers le Bréviaire d’Alaric et le Code théodosien. Ces traces du droit romain ne sont pas pratiquées ou elles le sont mal, car ce droit est mal compris. Les compilations de Justinien sont découvertes au 11ème siècle en Italie, ce qui provoque une expansion de celui-ci. Les commentaires des glossateurs de l'Ecole de Bologne se réalisent. Le droit romain commence à êtreenseigné dans le Nord dans les universités. C'est un droit savant et étranger. Il fait rapidement l’objet d’un enseignement de la part de l’Ecole des glossateurs à Bologne. L’Objectif de cette décrétale est d’interdire l'enseignement et l'apprentissage du droit romain (ius civile) à Paris et dans les régions voisines du nord de la Loire. La décrétale « super speculam » est à l’origine du déplacement del’enseignement du droit romain plus au Sud à l’école d’Orléans. Les commentateurs de cette école succèdent à l’école de Bologne des glossateurs. Ainsi, il faudra se demander quel est l’objet de l’un des texte les plus célèbres de l’histoire du droit français ? Pourquoi cette décision du pape a été prise, dans quels buts, que et qui vise t-elle en particulier ? Pour quelles raisons ? Quelles sontles sanctions au non respect d’une décision pontificale ? Pour tenter de répondre à ces multiples interrogations il faudra démontrer que c’est par une incitation à l’étude de la théologie (I) qu’il y a une interdiction de l’étude du droit romain (II).

I. De l’incitation à l’étude de la théologie

C’est pour protéger l’enseignement de la théologie, dont Paris est devenue la capitaleeuropéenne, que le pape a été conduit à légiférer. Il a voulu préserver cette discipline de la concurrence du droit civil vers lequel les étudiants se tournaient dans des proportions de plus en plus grandes. C’est pour cela que dans cette lettre pontificale on peut relever la primauté affirmée par le pape de l’étude de la théologie face aux lois séculières (A). Si ce principe n’est pas respecté, malgrél’autorité morale de cette décision, des sanctions viendrons confirmer la désobéissance (B).

A. La primauté de la théologie face aux lois séculières

La primauté de l’étude de la théologie est affirmée d’emblée juste par la décision prise qui a pour objectif l’interdiction de l’enseignement et de l’étude du droit civil.
Dès les premières phrases de la lettre on peut relever L.3 « Salut etbénédiction apostolique… » l’adjectif apostolique signifie qui vient des apôtres. Cet adjectif n’est pas employé indifféremment. Il est présent pour marquer le caractère universel de la foi chrétienne face au droit romain. La foi chrétienne doit se propager par son enseignement dans les universités où elle a sa place traditionnelle L.18 « observez avec grande diligence ces prescriptions et faites lesobserver avec soin ». C’est à dire que Paris est une des villes universitaires la plus importante à l’époque, mais coexistent des universités qui enseignent la théologie et d’autres le droit romain. C’est pour cela que plus loin dans le texte est employé un adjectif qui s’oppose L.4 « lois séculières » . L’adjectif séculier veut dire dans sa première acceptation qui appartient au domaine laïc et non àl'Eglise. C’est une discréditation expressément faite du droit romain. Le droit romain est inférieur selon le pape au droit canonique enseigné par la théologie. La théologie quant à elle mérite toute les attentions car elle reçoit L.3 « salut et bénédiction ».
Tout ces critiques s’expliquent parce que, depuis près d’un siècle, l’engouement pour le droit civil était tel qu’il menaçait de...
tracking img