Defef

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (492 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Oral du bac français

La Condition humaine

André Malraux, 1933

Extrait n°1 : l’incipit

Détail

Situation du passage :scène liminaire du roman.

I) La focalisation interne : qui voit, qui perçoit ?

Le récit à la troisième personne présente la scène à travers le regard et la cons-cience du personnage, dontle nom est le premier mot du texte – on a donc une focalisation interne.

1. Ce qu'il voit
Le pied, seule preuve tangible de l'humanité de l'homme à assassiner, mais dont laréalité est atténuée par le caractère fantomatique ou irréel du décor et de ce qui l'entoure (mousseline, lumière pâle), est rendu autonome, sans référent.

2. Ce qu'il entend
Les klaxonssuspendent pour un moment la contemplation du pied, et la mention du silence précède la réapparition de ce pied.

L'auditif et le visuel se mettent mutuellement en relief.

3.Sensations tactiles
Elles sont très nombreuses dans le deuxième paragraphe, et y remplacent les notations visuelles. On insiste ici sur les sensations les plus intimes du corps du personnage.4. Ce qu'il ressent
Multiplications des expressions de sensations intimes : « découvrait en lui », « hésitantes », « stupéfait »...

Tout concourt à favoriserl’identification et la solidarisation du lecteur au personnage par le partage de ses sensations les plus intimes .

II) La voix narratrice : qui parle et qui sait ?

1. La voix du personnageLe récit rapporte les sensations, mais aussi les pensées de Tchen, dont le lecteur découvre le monde intérieur.
Tchen s’exprime par un soliloque dont les marques sont le style indirect, etsurtout indirect libre (l.15 « Pris ou non, exécuté ou non, peu importait »), typique du monologue intérieur. Les exclamations sont très proches d’un réel discours (l.9-10 « Découvert ?...
tracking img