Defintion suds

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6024 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Suds : de quoi s’agit-il ? « Ondiraitlesud », gîte d’étape dans l’oasis d’Id Aïssa (sud marocain). Eau courante froide et chaude. Village avec réseaux d’électricité et de téléphone portable ; la route goudronnée s’arrête à son entrée. La Passat vient de Nantes (3000 km), le 4X4 vient de Dakar (2500 km), la Fiat noire est la voiture de location d’un jeune couple de touristes venant del’aéroport d’Agadir. Le travailleur agricole, lui, s’en va ouvrir et fermer les écluses de terre des séguéias (canaux d’irrigation) au petit matin. Photo auteur, avril 2009    Quel que soit le « style » qu’ils utilisent (Barnes, 2004), les géographes cherchent à « trouver des règles d’organisation de l’espace et une explication logique de la diversité » (Bonnamour, 2000). L’enjeu est énorme : lespopulations des Suds rassemblent la plupart des habitants de la planète et leurs conditions de vie, donc leurs territoires, sont en train de changer radicalement et rapidement. Il n’est pas certain que la réflexion géographique aille aussi vite que ces mutations ! Le Sud n’existe pas en tant que tel : il s’intègre à un jeu global, au système-monde. Il s’agit par conséquent : De clarifier les relations quistructurent les systèmes centre / périphérie / marge à travers l’observation des dynamiques qui les traversent. De se faire une opinion sur la gouvernance mondiale en se focalisant sur les Suds.

-

1. Centre et périphérie : un modèle incomplet Dans les années 1950, au moment de la décolonisation de l’Afrique et de l’Asie, Alfred Sauvy avait lancé l’expression « tiers monde » sur le modèle dutiers état de 1789, une expression rapidement traduite dans les langues de travail de l’ONU. Dans le même temps étaient apparus des intellectuels tiers-mondistes, comme certains poètes (au Sénégal, Léopold Senghor, inventeur de « l’afroasiatisme » lors de la conférence de Bandung en 1955 ; aux Antilles, Aimé Césaire, l’un des fondateurs de la négritude), des économistes (Samir Amin, FrançoisPerroux), des psychiatres (Franz Fanon) ou encore des architectes (Fernand Pouillon). D’emblée, le monde a été défini sur une ambiguïté : les pays du tiers-monde étaient-ils des périphéries destinées à intégrer le centre capitaliste ou le centre communiste, ou bien devaient-il construire une troisième voie, où ils auraient émergé en s’inspirant des deux systèmes à la fois ? Hier comme aujourd’hui,l’espace mondial est-il structuré par cette seule relation centre-périphérie ? Ou bien existe-t-il une place pour quelque chose d’autre ? 1.1 La relation Nord-Sud L’articulation centre - périphérie décrit un monde dual (Figure 1). Le centre peut s’intituler de diverses manières : le Nord, les pays riches ou encore les Pays Développés à Economie de Marché (PDEM). La périphérie se confond avec le Sud, letiers monde, les pays sous-développés ou en voie de

développement1. Depuis la Renaissance, plusieurs paradigmes se sont succédé dans le tiers monde sans altérer le fonctionnement systémique où le centre reste le centre et la périphérie la périphérie, avec l’économie de comptoir, l’esclavagisme, le colonialisme, le néo-colonialisme (les indépendances politiques mais non économiques dénoncéespar Patrice Lumumba 2 ), enfin la mondialisation. La plupart des auteurs constatent que le centre est autocentré, c’est-à-dire qu’il se développe pour son propre profit ; il possède une petite périphérie en son sein, composée d’exclus, hommes ou territoires. La périphérie est extravertie : elle ne se développe qu’au profit du centre et capitalise des éléments de progrès économique et social pourainsi dire par accident. Elle intègre un petit centre, généralement situé dans la capitale économique ou politique, avec ses beaux quartiers, sa bourgeoisie compradore et d’Etat. La périphérie vend des produits bruts au centre (minéraux, agriculture de plantation, maind’œuvre sans qualification) ; le centre lui vend des produits fabriqués, y exporte des capitaux et ses valeurs culturelles....
tracking img