Demain des l'aube

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1198 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
POESIE ET GUERRE - Rimbaud, « Le dormeur du val »

I - Présentation des lieux et du « Dormeur »

Le sonnet de Rimbaud suit le mouvement d'un regard qui part du panorama d' « un petit val » (vers 4), se rapproche du personnage « étendu dans l'herbe » (vers 7) et détaille son sourire, sa « narine » (vers 12), sa « main sur sa poitrine » (vers 13). Il y a un resserrement progressif du champvisuel.

a) Un cadre champêtre, une nature féérique

6 La nature est omniprésente dans le poème, elle occupe intégralement le premier quatrain qui dresse un cadre enchanteur, et nous la retrouvons jusque dans le dernier tercet.

7 C’est une nature protectrice, tendre, accueillante. Ce microcosme heureux et protégé est un creux, « un petit val » (vers 4), un « trou de verdure » parcouru par uncours d’eau, à l'abri d'une montagne, ensoleillé de « rayons » (vers 4) = endroit propice aux rêves.

8 Cette nature est personnifiée : « la montagne » est « fière » (vers 4), la « rivière » « chante » (vers 1) ; la lumière qui frappe l'eau « accroch[e] » des « haillons » « aux herbes » (vers 2) = joie de vivre de la rivière. Cette nature est présentée comme douée de sentiments, au vers 11 elleest personnifiée et présentée comme très maternelle (« berce »).

Elle se caractérise par une impression de vie et de bonheur qui sollicite tous les sens, qui propose des sensations agréables sur les plans visuel, olfactif, tactile :

10 sur le plan visuel : nature très colorée : « verdure » (vers 1) est repris par « l'herbe » (vers 7) et au vers 8 par « vert » + vers 9 « les glaïeuls » =couleurs assez intenses ;

11 impression de luminosité avec « les haillons d'argent » (vers 2) ; Le rejet « D'argent »(vers 3) met l'accent sur la richesse des jeux d'eau et de lumière ; lumière renforcée au vers 3 et vers 13 par le soleil dont la luminosité est reprise au vers 4 « mousse de rayons » et vers 8 « lumière qui pleut » : métaphore qui donne une matérialité à la lumière.

12 sur leplan olfactif, « parfums» (vers 12), impression de bien-être et bonheur ;

13 sur le plan tactile, impression de fraîcheur : « et la nuque baignant dans le frais cresson bleu » (vers 6).

14 C’est donc une nature exubérante : Le mot « val » du titre est repris au vers 4 = rivière dynamique ; impression d'exubérance, par l’enjambement des vers 1,2. Les rimes croisées, et non pas embrassées, lesnombreux enjambements ou rejets, participent à ce bouillonnement visuel et sonore.

b) La description d’un personnage

Au milieu de ce décor idyllique se trouve l'unique personnage du poème, évoqué au deuxième quatrain. L'évocation du soldat nous désigne un être « jeune, bouche ouverte, tête nue »(vers 5). A première vue, il s'agit d'un jeune homme en train de dormir. La notion de sommeilrevient à 3 reprises (vers 7-9-10) + insistance avec le titre du sonnet. Il est imbriqué dans cette nature considérée comme « son lit vert» = la nature lui a construit un lit (vers 8) + voir les vers 6,8,9,13 avec le mot « dans ». Au vers 7, il est « étendu » = intensifie l'impression de confort. Sa position a donc un aspect peu réglementaire et donne l’image d’un être libre, insouciant. La posturesuggère plus l'oisiveté que le devoir militaire. Il est présenté dans un état d'abandon total.

II - La découverte d’une réalité tragique

a) Une découverte macabre

Mais en 9 syllabes, les dernières, le poème invite son lecteur à une relecture. Le sommeil et la mort offrent la même apparence. La périphrase « Il a deux trous rouges au côté droit » (vers14) est un euphémisme d'une neutralitéefficace, au puissant pouvoir de suggestion. Le constat dépourvu de toute affectivité place le lecteur devant le fait accompli. La mort arrive comme une surprise macabre, une révélation ultime.
b) Les indices qui préfiguraient cette découverte (l’omniprésence de la mort dans le poème)
Par un procédé habile, Rimbaud essaie de nous mettre sur une fausse piste, mais il nous laisse une foule...
tracking img