Democratie et souverainete

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1503 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Démocratie et souveraineté

Ces 2 textes posent la question (Rousseau, Montesquieu) du mode d’exercice de la souveraineté.
Le 1er texte de Rousseau est extrait du contrat social publié en 1762 et le 2nd de Montesquieu est extrait de l’esprit des lois publié en 1748.

Ces 2 auteurs ont vécu pendant le siècle des lumières, ils ont donc une vision démocratique de la souveraineté.
Une visionqui suit la théorie théocratique du pouvoir selon laquelle le pouvoir vient de dieu. Dorénavant la souveraineté est considérée comme appartenant au peuple. Néanmoins, les 2 auteurs ont une vision différente du mode d’exercice de cette souveraineté.
Rousseau pour sa part est favorable à une démocratie directe tandis que Montesquieu plaide en faveur d’un système représentatif.

Au travers del’étude de textes de ces 2 auteurs, on va étudier 2 modes d’exercice de la souveraineté.

1ère partie : Rousseau et la démocratie directe
Selon Rousseau, la souveraineté ne peut être représenté puisqu’elle consiste en la volonté générale qui selon lui ne se représente pas (A).
Pour différentes raisons, Rousseau va s’opposé à la représentation de la souveraineté, cette dernière ne pouvant s’exercer quedans le cadre d’une démocratie directe, laquelle connaît néanmoins des inconvénients (B).

A. la justification de la démocratie directe: le peuple seul détenteur de la souveraineté
Rousseau est le défenseur de la souveraineté populaire (souveraineté dont le titulaire est le peuple entendu comme étant la totalité des citoyens).

Le peuple est donc seul détenteur de la souveraineté et à cetitre, il est le seul habilité à l’exercer.
Suivant la conception que l’on se fait de la souveraineté, un régime politique particulier y sera rattaché.

Dans le cas de Rousseau, s’agissant de la souveraineté populaire, le régime politique qui correspond sera la démocratie directe.
À la base de la société se trouve selon Rousseau le pacte social, chaque individu est à la fois homme individuel avecses besoins particuliers et privés et homme collectif c’est-à-dire ayant pour préoccupation l’intérêt général. En raison du pacte social, tous les hommes sont liés pour former ce qu’il appelle la souveraineté populaire, ils forment un corps collectif.

Le souverain est le peuple, c’est de lui qu’émane la volonté générale qui se traduit à travers la loi. La souveraineté est inaliénable (on nepeut retirer au peuple la souveraineté et on ne peut la transmettre aux représentants dans le cadre d’un système représentatif).

Elle est indivisible (il n’existe pas plusieurs souverainetés, elle est ou elle n’est pas, si elle n’appartient qu’à une partie du peuple, on ne peut plus parler de souveraineté car elle ne saura plus générale ni particulière).
Rousseau rejette clairement le systèmereprésentatif et ce pour plusieurs raisons, selon lui ce mode d’exercice de la souveraineté résulte d’un désintérêt des citoyens pour les affaires publiques (§1, §2).

Ces derniers préfèrent la satisfaction des intérêts privés à la satisfaction de l’intérêt général.
Par ailleurs, Rousseau effectue des comparaisons avec des cités antiques, romaines, grecques, démontrant l’inapplicabilité de ladémocratie directe dans les états modernes (problème de réunion sur la place publique, climat, esclavage pour les grecs, (§5, §6)).
Malgré ces contre exercices, Rousseau reste persuadé que la démocratie reste le meilleur moyen d’exercice de la souveraineté populaire.

B. la mise en place de la démocratie directe
La raison essentielle qui pousse Rousseau considéré la démocratie directe comme seulsystème valable d’exercice de la souveraineté réside dans le sens qu’il donne à la notion de souveraineté.
Tout d’abord son caractère inaliénable, comme nous l’avons dits précédemment, elle ne peut être transmise. On peut transmettre le pouvoir mais en aucun cas on ne peut transmettre la volonté hors la souveraineté est l’expression de la volonté générale (§4).

Les représentants ne sont...
tracking img