Der vorleser - the reader

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1119 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ HOMOPARENTALITE

INTRODUCTION : L’Homoparentalité est un néologisme créé en 1997 par l’Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens (APGL) pour désigner toutes les situations familiales dans lesquelles au moins un adulte qui s’autodésigne comme homosexuel est le parent d’au moins un enfant. (Source : Que sais-je ? L’Homoparentalité)

L’Homoparentalité est un terme récent caravant les années 70, le schéma familial traditionnel et obligatoire constituait en un couple hétérosexuel marié et leurs enfants. L’évolution des mentalités et les changements de sociétés de la fin du XXe siècle ont permis peu à peu à quelques personnes d’assumer leur homosexualité, à l’homosexualité d’exister puis, vers la fin des années 1930, aux homosexuels d’exprimer leur désir d’avoir desenfants.

Mais en quoi l’Homoparentalité consiste-t-elle aujourd’hui ?

Nous étudierons tout d’abord l’histoire de l’homoparentalité et de l’homosexualité et son acceptation dans la société. Nous expliquerons ce qu’elle est, c'est-à-dire comment les homosexuels « bricolent » la nature pour avoir des enfants. Et enfin la législation concernant l’homoparentalité en France, dans quelques paysd’Europe et aux Etats-Unis.

II.2. La loi française

En France, l'adoption conjointe est réservée aux couples hétérosexuels stables, mariés ou non. Les homosexuels qui souhaitent élever un enfant peuvent faire une démarche individuelle : depuis 1966, le droit français reconnaît aux célibataires de plus de 28 ans le droit d'adopter, et la loi ne prévoit en rien que les célibataires souhaitantadopter doivent vivre seuls ou être hétérosexuels.

Cependant, les candidats à l'adoption qui affichent leur homosexualité sont plus difficilement retenus. Sur le terrain, la politique des enquêteurs sociaux et des conseils généraux (qui accordent l'agrément) s'avère variable. L'adoptant peut donc taire son orientation sexuelle pour augmenter ses chances d'obtenir un agrément. L'APLG (Association desparents et futurs parents gays et lesbiens) a toutefois noté un récent assouplissement pour les demandes émanant d'homosexuels.

De plus en plus d'enquêteurs sociaux se montreraient favorables à ces demandes, sans être forcément suivis par le président du conseil général. Alors que toutes les demandes étaient écartées il y a encore deux ans, la moyenne nationale tournerait actuellement autour de80 % de dossiers rejetés.

II.3. Généralisation

a. Aux Etats-Unis et au Canada

|L'Académie américaine des pédiatres (AAP) estime qu'entre un et neuf millions d'enfants vivent dans un foyer dont au moins un adulte est|
|homosexuel aux Etats-Unis. Seuls sept Etats, dont la Californie et le Connecticut, ainsi que la capitale fédérale, Washington DC, |
|admettent l'adoption par descouples de même sexe. Mais ces dispositions ne concernent que l'adoption d'un enfant par le conjoint |
|homosexuel, à l'exception du New Jersey (depuis 1997) et du Vermont, qui autorisent l'adoption par deux personnes du même sexe. Dans |
|d'autres Etats, dont la Floride, cela est strictement interdit. Dans d'autres, encore, le soin de trancher est laissé aux tribunaux. |
|Votée enmai 2002, une nouvelle loi donne depuis le mois de juin le droit aux couples gays et lesbiens d'adopter des enfants sur les |
|territoires de Terre-Neuve et du Labrador, au Canada. L'argument qui a été avancé est que l'important pour les enfants était de trouver |
|une bonne famille en et que tous les candidats intéressés à adopter seraient pris en considération, quelle que soit leurorientation |
|sexuelle. Cette loi fait suite à celle qui reconnaît les couples de même sexe. |

b. En Europe (les Pays-Bas)

|Les Pays-Bas précurseurs |
|Depuis le 1er janvier 1998, date de l'entrée en vigueur de la loi...
tracking img