Derborence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (609 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude d’un extrait

Il est trop petit pour qu’on le voie, quand même tout à coup les roches s’éveillent, il semble qu’elles commencent à sécher, elles s’éclaircissent, elles ressuscitent pour uninstant ; et c’est que par-dessus l’arrête le soleil, basculant soudain, est venu sur elles ; mais lui n’est pas plus gros qu’une fourmi au pied de ces entassements.
Il n’en levait pas moins lapioche ; ensuite il empoignait la pelle, cherchant celui qui n’était plus, et c’est le pauvre Séraphin.
Il n’avait plus bien sa tête, c’est pourquoi il levait sa pioche dans le soleil ; puis, se baissant,empoignait par le manche la pelle plate, creusant une tranchée à peine marquée d’ailleurs encore dans les débris de schistes noirs, tout emmêlés de cailloux, contre lesquels le fer de l’outil heurtaitparfois, faisant un bruit clair.
Elle, elle n’a pas eu qu’à écouter d’où venait le son, bien que d’abord toute perdue dans les étroits passages que les plus gros des blocs laissaient entre eux surleur devant, plus compliqués encore et plus enchevêtrés que les ruelles d’un village ; car où est-ce qu’on est maintenant ? où est-ce qu’il faut aller ? dans quelle direction ? à peine si elle voyait unpeu de ciel comme un écheveau bleu à moitié dénoué au-dessus d’elle ; où est le sud ? où est le nord ? – toute perdue ainsi d’abord, puis le bruit du fer frappant une matière dure et sonore est venuejusqu’à elle, lui disant : « C’est ici. »
Il lève sa pioche et l’abat ; il vous parle à distance.
Elle s’arrête ; elle n’a qu’à écouter d’où vient le son, elle repart. Elle contourne encore cequartier de roc et cet autre ; puis les quartiers deviennent plus petits, plus serrés, en même temps qu’ils se superposent, faisant comme des marches d’escaliers où elle grimpe, - dans ces déserts oùjamais une femme n’aurait osé s’engager seule, mais elle n’était pas seule, parce qu’il y a l’amour et l’amour l’accompagne et l’amour la pousse en avant.
Il lève sa pioche des deux mains, ayant ôté...
tracking img