Des coches montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2041 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
C’est le 18 décembre 1995, et c’est ce jour-là que mes parents décidèrent de me faire le plus cadeau qui puisse exister. Quand je naquis, ma mère reprenait les études d’Art tandis que mon père travaillait à la commission européenne. Ils vivaient, ou plutôt hébergeaient une femme et un homme, des étudiants eux aussi âgés de presque trente années. La femme s’appelait aux Beaux-Arts avec ma mère.Mais l’homme, prénommé Johannes était d’origine Autrichienne et s’est avéré être une personne particulière et pleine de savoirs. Il parlait déjà couramment cinq langues : l’Autrichien, l’Allemand, le Français, l’Anglais et l’Italien. Et l’Espagnol n’était pas loin d’être une langue qu’il maîtrisait plus ou moins bien. Il travaillait à l’époque avec mon père à la commission européenne à Bruxelles etplus précisément à UCLE, lieu où ma mère me mit au monde dans la clinique Saint-Joseph. Johannes et mes parents s’entendaient à merveille. Et le jour de mon arrivée, ils décidèrent de faire de cet homme mon parrain.

J’étais trop petit pour me rendre compte de l’Homme qu’il était… Ce n’est que quatorze ans plus tard que je le revis pour seulement et la troisième fois de ma vie. Il étaitdevenu le patron de L’Unicef et parlait désormais couramment plus de dix langues sans compter les dialectes des petits pays dont il était responsable.
Et c’est trois mois plus tard, qu’il m’invita à partir un mois avec pour me faire découvrir son travail. Ce mois-ci restera dans mon esprit gravé à jamais….Mais aussi gravé sur papier puisque mon parrain était aussi un très bon dessinateur et ildessina les plus beaux clichés de notre aventure.

Le Grand départ

Le 20 juin, je pris l’avion pour rejoindre mon parrain dans sa ville natale, Graz. C’est la deuxième ville d’Autriche après la capitale, Vienne. Cette ville était spéciale, c’était une ville internationale, bondée d’étrangers. J’appris d’ailleurs qu’elle était réputée pour ses grandes universités et écoles supérieuresinternationale… Johannes y était donc baigné depuis le plus jeune âge.
Je ne restai que l’instant d’un week-end à Graz, j’eu le temps de visiter la ville de fond en comble et de remarquer l’architecture totalement d’origine… des sortes de remparts qui entourent la ville, des nombreux musées sur la guerre et un musée d’armes, regroupant un nombre d’armes hallucinant et dont le chiffre ne me revientplus. Ce dont je me souviens, c’est qu’il comptait la plus grosse réserve d’armes authentiques d’Europe.
J’eu aussi le temps de manger dans deux restaurants très chics de la ville, car oui mon parrain est un très fin gourmet et aime la (très) bonne restauration.
Le matin, même de notre départ au Portugal, nous eûmes le temps de visiter la fameux musée d’art moderne de Graz. Dans ce musée, setrouvait l’exposition d’un artiste contemporain qui restera aujourd’hui l’un de mes préférés, Keith Haring.
Ca y est, sur mon billet d’avion était inscrit, Graz-Lisboa enfin mon périple aux côtés de mon oncle était lancé. Ce 22 juin 2009, à 14h38 précisément j’embarquais avec pour un mois de voyage avec un homme que je connaissais à peine mais en qui j’avais un plein confiance… C’était le début d’unetrès longue expérience, j’étais stressé, la boule au ventre mais tellement excité de m’imaginer les pays, villes et villages que j’allais arpenter.

Habla Portuguese ?

Et voilà, 18h précise nous débarquions et nous retrouvâmes assez vite un bel hôtel en plein centre de la ville. Nous étions tout deux fatigués, et avons préféré nous reposer pour être en forme le lendemain.
Lisbonne ou plutôtla « ville blanche » comme la surnommait-on était un ville très spéciale. Les portugais sont accueillants et ouverts à tous les touristes, nous avons faits de nombreuses rencontres durant ces quatre petits jours où nous restâmes dans cette splendide capitale.
Alberto, le gérant de l’hôtel où nous vivions nous donnait pas mal de petits coin sympathiques à visiter peu connu des touristes de bases....
tracking img