Des politiques sociales aux politiques de l’individu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4548 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Des politiques sociales aux politiques de l’individu

http://www.csprp.univ-paris-diderot.fr/Seminaire_Bessin_Castel_Merklen.WMA

Cette analyse montre que nous sommes passés du collectif à l’individu dans le domaine social et dans le rapport à la subjectivité.

Il s’agit de la contribution de Robert Castel, de Denis Merklen et de Marc Bessin intitulée Les politiques de l’individu qui a étéprésentée lors du séminaire du 7 avril 2011 du CSPRP de l’Université Paris VII. [ ]

Robert Castel explique que avant qu’existent les politiques de l’individu, telles que nous les connaissons aujourd’hui, la consistance de l’individu était construite par le statut collectif et les régulations collectives. L’individu était l’effet de l’inscription dans des collectifs. Pour lui, il y a euplusieurs étapes dans la constitution de l’individu que nous connaissons aujourd’hui.

Il estime qu’il y a d’abord eu une désindividualisation du statut de l’individu qui a d’abord été encastré dans des systèmes de régulations collectives et qu’ensuite l’individu est devenu un effet de l’inscription dans les collectifs. Le statut de l’individu a pris appui sur le collectif. Il se réfère à la notion demodernité organisée contenue dans le livre de Peter Wagner Liberté et discipline, les deux crises de la modernité. [ ]

Ce terme a un sens proche de ce que lui-même a développé avec le concept de « société salariale ». La modernité organisée est la forme de société qui était celle des pays occidentaux après la fin de la seconde guerre mondiale. C’était le capitalisme industriel, dont laprépondérance a existé jusque vers la fin des années soixante-dix du XXe siècle. Ce capitalisme industriel est celui qui a été nommé par d’autres courants comme étant celui du fordisme. Cette forme sociale a été dominante jusqu’à la fin du capitalisme industriel. Les modes d’organisation collectifs étaient coordonnés et légitimés par la présence forte de l’Ètat social.

La modernité organisée succède àla modernité libérale restreinte. Cette période a suivi les révolutions du XVIIIe siècle et a duré jusqu’au début du XXe siècle. La notion d’individu était affirmée dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de la Révolution Française, l’individu était le fondement politique de la citoyenneté et le lieu de la responsabilité morale. Mais, à ce moment-là, la notion d’individu n’existaitpas pour tout le monde, elle était confisquée par une minorité d’individus, les personnes des milieux populaires ne pouvaient pas être des individus pour deux raisons :

- ils n’avaient pas accès à la citoyenneté politique du fait du suffrage censitaire qui réservait le droit de vote aux notables et aux propriétaires ;

- au niveau social, le paupérisme et les conditions de vie du XIXe siècleles empêchaient de vivre dignement.

Le prolétaire n’était rien socialement, il était frappé d’indignité sociale, il n’avait aucun droit, c’était une non valeur sociale, il n’avait aucune reconnaissance sociale. À l’époque, c’était plutôt un non-individu qu’un individu au sens de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. La sortie de l’indignité se fera par l’intégration dans lasociété et la nation. C’est en devenant propriétaire de droits, qui découlent de l’appartenance à des collectifs, qu’ils ont été d’abord dés-individualisés. Avec l’exemple de l’ouvrier qui cherche à se faire embaucher, nous pouvons constater que cette situation qui met face à face deux individus est celle de l’ouvrier qui se fait toujours avoir. Le prolétaire est tellement un individu que face àl’employeur qui impose ses conditions, il n’est jamais le plus fort. C’est la racine de l’exploitation capitaliste, sur ce point l’analyse, entre autres, de Marx du contrat libéral est irréfutable.

Si on prend la même situation cent ans plus tard, il existe alors des conventions collectives et ce n’est plus du tout le même individu seul face à son patron, il n’est plus nu, il prend appui sur des...
tracking img