Descarte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1643 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 septembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Descartes

Le travail qui suit va porter sur Descartes, il définira quatre questions fondamentales à comprendre, afin d’interpréter la philosophie de ce philosophe reconnu. Premièrement, ce texte expliquera la méthode du doute hyperbolique. Deuxièmement, ce texte donnera les premiers résultats auxquels parvient Descartes, en ce qui concerne les trois sources de connaissances. Troisièmement lasignification du mot; cogito et quatrièmement de quelle manière Descartes fait pour prouver l’existence de Dieu, à l’aide de deux preuves, et a quoi cela lui servira-t-il.

Commençons par explique la méthode du doute hyperbolique, afin de bien expliquer ce doute il est faux comprendre qu’hyperbolique signifie pousser au maximum. De plus, Descartes a formé cette méthode, car on examine rarementla question de sa propre exactitude, d’un point de vue logique. L’une des choses que Descartes a voulu montrer c’est qu’il y a des choses dont on ne peut être certain et cette méthode, qui consiste à faire en sorte que l’on doit toujours commencer par douter et par la suite le pousser le plus loin possible pour confirmer que l’on ne peut pas douter de cette chose. Dans les deux premièresMéditations métaphysiques, elle est considérée à juste titre comme l’acte fondateur de la philosophie théorique moderne. Dans sa première méditation, il finit par conclure que l’être humain dans son corps avec ses membres et ses pensées n’est point réel et véritable, mais seulement quelque chose d’imaginaire. Il en vient à cette conclusion primaire avec le fait des interprétations des rêves qu’il fait. À lasuite de divers rêve, il réalise que s’il a éprouvé de la douleur par exemple dans son rêve, il ne l’a pas récente exactement, voici donc le pourquoi du doute des rêves par rapport à sa réalité. Après, y avoir pensé quelque temps il finit par réaliser qu’il est impossible que tout cela ne soit qu’imaginaire. Dû au fait qu’il pense, cela démontre que, peu importe, si ses membres existentvéritablement il y réfléchit. Le fait qu’il pense, fait de lui un être avec une âme pour penser. Il est venu à cette concussion définitive en poussent ses réflexions au maximum. Bref, cette méthode consiste à pousser le plus loin possible ses pensées afin d’avoir des résultats concluants. Descartes a fait de même afin de connaitre ce que l’être humain est vraiment, un être qui pense. Il mentionnera aussique s’il est une chose qui pense, qu’il est aussi définitivement une chose qui doute. Il utilise même un malin génie signifiant un être suprême l’entrainant à la tromperie en tout temps.

Les premiers résultats concernant les trois sources de connaissances selon Descartes. Car il remet toutes ses connaissances en doute afin de les confronter à sa seule raison, être capable d’arrivée à unecertitude, car il a été trompé et déçu pour trois raison pas à cause des mauvaises écoles, pas à cause des mauvais professeurs, mais bien parce sait de sa faute. Sa première source, servant à valider si ce qui lui a être enseigné est vrais sont les renseignements donnés par quelqu’un d’autre ou par les livres, journaux, etc. En somme, les ouï-dire. Mais cette source apporte rapidement au doute. Il fautse rappeler que pour lui le moindre doute rapporte à la fausseté. Il y a deux types de doute épistémologique et le doute psychologique. L’épistémologique, signifie en se placent du point de vue de la connaissance et psychologique, signifiant en se basant sur des questions simples; exemple si nous avons fermé le rond du four. Un exemple attribuable au deux; l’existence de Napoléon ceci est un doutepsychologique nous y pensons, mais en même temps épistémologique, car les ouï-dire mentionnés par quelque personne n’affirme que sait faux. En résumer pour cette première source, les résultats sont invalides, car on ne peut certifier que c’est vrai.

La deuxième source, validant les connaissances acquises de Descartes. C’est la perception formelle ou par l’appel sensorielle, bref, par la...