Descartes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2506 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte de DESCARTES
Début du Discours de la méthode.
 

Dans un texte consacré au thème de la connaissance, Descartes tâche de répondre à la question de savoir quelles sont les conditions qui, pour un individu, rendent possible la connaissance. Par là, Descartes apporte une solution au problème que pose l'accès à la connaissance : est-elle réservée à une élite douée de talents particuliersou bien est-elle, moyennant certaines conditions, accessible à tous ? Ce qu'il soutient ici, sa thèse, c'est qu'elle est accessible à tous d'une part parce que chacun dispose de bon sens mais à condition d'autre part d'en user avec méthode. 

Mais, qu'entend Descartes par la notion de bon sens ? Quelle définition en donne-t-il ? Comment soutient-il qu'il est universel ? Et comment ultimementfait-il apparaître le rôle décisif de la méthode dans la découverte de la vérité? 

La première partie du texte porte sur le bon sens, son universalité et sa définition. "Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée", c'est-à-dire celle que tous ont reçue en partage, celle dont dispose chacun en tant qu'il est homme. Mais qu’est-ce que le bon sens ? Quelques lignes plus loin, Descartesprend le soin de le définir comme "la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d'avec le faux" puis il en fait un synonyme de la raison. Le bon sens est donc une faculté de l'esprit, une faculté double. D'une part il nous permet de produire des jugements, c'est-à-dire des énoncés par lesquels nous attribuons une qualité, une détermination précise à quelque chose, de telle sorte que nous lefassions bien, c'est-à-dire de telle sorte que le jugement que l’on porte soit vrai. D'autre part, il nous permet de discerner, parmi tous les jugements possibles, ceux que l’on peut produire soi-même comme ceux que l’on ne fait que rencontrer, ceux qui sont vrais de ceux qui sont faux, c'est-à-dire de séparer ceux qui correspondent à la réalité sur laquelle ils se prononcent de ceux qui comportentune erreur, qui n'expriment pas la réalité telle qu’elle est. Etonnante faculté qui nous rend capable de justesse sans aucune médiation. Ainsi défini, il est possible comme le fait Descartes de faire du bon sens un synonyme de raison dans la mesure où la raison est elle aussi une faculté de l’esprit par laquelle il est possible de connaître. Notons toutefois qu’en rapprochant la raison du bonsens, Descartes définit du même coup la raison comme la faculté de juger, et non comme la faculté de raisonner, c’est-à-dire de produire des enchaînements rigoureusement ordonnés de jugements, alors qu’il est courant de rapprocher plutôt la raison du raisonnement que du jugement. 

A deux reprises, Descartes affirme l'universalité du bon sens, le fait qu'il soit présent en tout homme : il est "lachose du monde la mieux partagée" et la raison "est naturellement égale en tous les hommes". L'adverbe "naturellement" indiquant à la fois que la raison est constitutive de l'être humain, de sa nature, de son essence, et, que cette faculté ne fait l'objet d'aucun apprentissage, qu'elle est "innée". Compte tenu de la définition qu’il donne du bon sens, cela signifie donc que ce que nous sommescapables de bien faire spontanément, sans aucun apprentissage, c’est juger et non pas raisonner. Par cette affirmation répétée, Descartes présente aussi une conception de l'homme : le bon sens distingue aussi peu un homme d'un autre qu'il les distingue tous des animaux. 

Mais, comment Descartes soutient-il cette affirmation audacieuse qui semble si contraire à l'opinion commune ? "car chacun penseen être si bien pourvu, que ceux mêmes qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils n'en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent". En somme, puisqu’il ne s'est jamais vu quelqu'un désirant être davantage capable de bien juger, y compris chez ceux qui se plaignent de manquer de tout : de mémoire, d'ambition,...
tracking img