Description de poemes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1203 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Poème du 16eme : Mignonne allons voir si la rose extrait du recueil les odes

À CASSANDRE.

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.
Las ! Voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ses beautés laissé choir !
Ô vraimentmarâtre Nature,
Puisqu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.
Pierre de Ronsard (1524-1585) est un des poètes français les plus importants du XVIe siècle.
« Prince des poètes etpoète des princes », Pierre de Ronsard, est une figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance il appartient a la Pléiade et il est l’un des poètes les plus connu de son temp. Il a écrit de nombreux autres recueils de poèmes comme : Les Odes ; et des poèmes sur les amours ex : les amours de Marie, les amours de Cassandre.

Organisé en trois strophes, le poème de Ronsard, du vers 1 à 6,offre une vision parfaite selon lui de la beauté, et pour les 6 vers suivants il fait part d’une inquiétude. Enfin, les douze derniers vers montrent une sorte de mise en garde. Construit autour d’une rose dont il s’agit de détailler les atouts, le poème propose une métaphore filée de la femme : La mention de la « robe » (v. 3), reprise par le détail des « plis de sa robe » (v. 5), renvoie auxparures de la femme. Ensuite La personnification de la fleur « elle a dessus la place » (v. 8), « ses beautés laissé choir » (v. 9), donne à la fleur des attitudes humaines, favorisant le rapprochement entre la femme et la fleur. D’un autre point de vue la rose est aussi tout d’abord assimilée à une beauté naturelle (mention du « soleil » v. 3, pas d’artifice).Il y a de même beaucoup d’antithèses commejeunesse/vieillesse ou encore matin soir.
Dans un second plan on reconnait que le poème de Ronsard est composé a chaque strophe par une rime plate pour les 2 premiers vers puis par des rimes embrassées pour les 4 vers.
Les rimes sont en majeure partie riche comme : vieillesse ; jeunesse ou encore mignonne fleuronne.
Poème du 18eme : Épigrammes

Non, non, le dieu d’amour n’est pointl’effroi des Muses ;
Elles cherchent ses pas, elles aiment ses ruses.
Le cœur qui n’aime rien a beau les implorer,
Leur troupe qui s’enfuit ne veut pas l’inspirer.
Qu’un amant les invoque, et sa voix les attire ;
C’est ainsi que toujours elles montent ma lyre.
Si je chante les dieux ou les héros, soudain
Ma langue balbutie et se travaille en vain ;Si je chante l’Amour, ma chanson d’elle-même
S’écoule de ma bouche et vole à ce que j’aime.

André Chénier (1762-1794)
Est un journaliste et poète français fils de Louis Chénier le jeune homme a côtoyé l’élite intellectuelle et artistique. Il y puise une intelligence de la culture antique et de celle des Lumières. IL sera enfermé puis guillotiné pour ses idées contre la révolution.
«L'art ne fait que des vers, le cœur seul est poète. » Le talent de ce poète romantique ne sera révélé qu’un siècle plus tard. André Chénier est un des seuls poète du XVIIIe siècle dont l'histoire ait retenu le nom. Il a donc écrit de nombreux poème comme : Les Bucoliques, publication posthume (1819) ‘’La jeune Tarentine’’, ‘’La jeune captive’’ ; un recueil de poème Art d’aimer ; L’Amérique(Poèmes)

Poème du 20eme : Le mal

Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;
Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ;

Tandis qu'une folie épouvantable broie
Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ;
- Pauvres morts ! Dans l'été, dans l'herbe, dans ta joie,
Nature ! ô...
tracking img