Desert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3363 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ANALYSE DES CAUSES DE LA CRISE FINANCIERE 2008-2009

Introduction
Le 15 septembre 2008 restera une des journées noires dans l'histoire de la finance américaine tout comme le fut le jeudi 24 octobre 1929. Ces jours sont synonymes de crise majeure dans le jargon de la finance mondiale. Mais que c’est t’il passé le 15 septembre 2008 ?
Lehman Brothers quatrième banque d’investissement desEtats-Unis déclare s’être mise en faillite. A la suite de cette annonce un « effet de panic » va envahir les marchés boursiers du monde entier. En quelques jours, les annonces préoccupantes s'accumulent du côté des banques et des assurances, créant une spirale de défiance sur les places boursières. C’est suite à ces évènements que l’on va commencer à entendre parler de « la crise des subprimes » qui estpourtant un problème connu dans la finance depuis l’été 2007.
Cela suscite plusieurs interrogations :
Qu’est que les subprimes ? Comment ont-ils générés une crise devenue mondial ? Quelles sont les causes et les conséquences de cette crise ?

Analyse des causes de la crise financière
A) Qu'est-ce que la crise des subprimes ?
La crise des subprimes ou crise des crédits immobiliers àrisque s'est déclenchée en 2006 par un krach des prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis. La crise fut révélée au monde en février 2007 puis s'est transformée en crise financière à partir de l'été de cette même année.
Les subprimes sont des prêts hypothécaires à risque accordés à des ménages aux revenus modestes. Ces emprunts sont généralement indexés sur la base du taux de la FED plus une primede risque pouvant être très élevée. Dans les premières années du prêt (1, 3 ou 5 ans en général), les intérêts sont couverts par un taux fixe promotionnel qui devient ensuite variable.
Le montant du prêt peut être assez conséquent car les ménages peuvent emprunter jusqu'à 110 % de la valeur du bien immobilier. De plus, les emprunteurs ont la possibilité de ne rembourser que la partie intérêts deleur prêt, celui-ci étant entièrement déductible d'impôts.
Ce type de crédit a connu une expansion importante, passant de 200 milliards $ en 2002 pour atteindre 640 milliards en 2006. Ce montant représentait 23 % du total des prêts immobiliers souscrits. Cela montre qu'une partie assez importante des prêts aux Etats-Unis est sous la menace d'une insolvabilité des personnes qui empruntent et donccréé un risque général.
Cette évolution fut encouragée par deux choses :
* Des taux d'intérêt particulièrement bas, qui ont incité les institutions de crédit à augmenter la part de subprimes dans leur portefeuille

* Le phénomène de la titrisation qui a joué un rôle important dans le développement de ce marché. (traité dans le chapitre sur les causes)
Ainsi un système de bullespéculative s’est donc mis en place de la manière suivante, le prix de la pierre aux Etats-Unis était alimenté par le développement de ces crédits : la bulle immobilière nourrissait la bulle des crédits. Le fait que le prix de l'immobilier augmentait rassurait les prêteurs du système (souvent les banques), car assurant leurs prêts en demandant une hypothèque de la maison aux acheteurs, ils profitaientd'une bonne couverture en cas de default de paiement!
Ce système fonctionnait parfaitement tant que la FED maintenait son taux directeur principal à un niveau peu élevé, mais ce taux a commencé à remonter. En effet, entre 2004 et 2006, celui-ci est passé de 1 % à 5,25 %. Les ménages ont donc vu leurs mensualités multipliées par cinq en deux ans. Cela a eu pour conséquence immédiate que nombre de cesderniers n'ont pu honorer leurs échéances.
Dans un même temps, le prix de l'immobilier a subi une progression inverse : le marché immobilier a perdu près de 20% les 18 derniers mois précédant la crise. La valeur des habitations était donc inférieure au montant du crédit souscrit, qu'elles étaient censées garantir. Les établissements ont eu un fort besoin de redresser leur bilan du fait de...
tracking img