Desir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2367 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
= Le désir ne jouerait-il que sur les moyens de satisfaire le besoin? Le désir comme prise de conscience du besoin, comme manifestation de la conscience d'un sujet qui exerce sa liberté en faisant varier les moyens de satisfaire les besoins ( boire, manger, dormir, se reproduire étant un besoin de l'espèce)... mais, si le désir n'était que la conscience d'un besoin, les hommes ne désireraientrien d'autre que ce dont ils ont besoin! Or ne l'homme ne vit pas que de pain.
= Le désir comme besoin de désirer, comme essence de l'homme? Le désir comme nécessité pour l'homme de courir après une satisfaction qui s'éloigne toujours comme si le désir devait mourir de la proximité de l'objet car il ne se nourrit que d'insatisfaction... Mais le besoin de désirer, n'est-ce pas tout autre chose quele besoin de manger par exemple?
= Le désir qui se noie dans la confusion d'un mauvais infini, dans les noces du désir et du besoin. Le désir arracherait le plaisir, satisfaction du besoin, à sa finitude, à la satisfaction, en l'érigeant en réalité absolue, comme si du fini pouvait jaillir l'infini, du retour du même pouvait naître la satisfaction d'une liberté. Le désir toujours déçu, toujourstourné vers l'autrement.
= Le besoin, chaque fois que le milieu peut le satisfaire, sombre dans l'inconscience, disparaît de la conscience: ce n'est qu'une relation de l'être vivant à son milieu. Mais, quand l'objet du besoin vient à manquer le manque éprouvé se fait désir et, apparaît un sujet insatisfait qui s'élève au dessus de sa situation concrète dans un milieu donné, se détourne du mêmeet se tourne vers l'autre, au delà de la nécessité.
Ce n'est pas que le besoin disparaisse, mais il a désormais un compagnon de route: le désir. Et, comme ce qui est donné ne peut évidemment pas rivaliser avec ce qui est imaginé (c'est toujours bien mieux chez les autres ...) le sujet va nier le milieu, le transformer, le modifier dans l'espoir de le conformer à son attente.
Et l'homme parle désir devient nœud de relations, producteur, au point que son monde est monde du désir.
L’aNALYSE AU BROUILLON
Deux concepts : le désir et la satisfaction.
Concept central : le désir
Concept problématique : la satisfaction
Première définition du désir (vue en cours) :
Le désir est manque de quelque chose. è Première conséquence problématique : il est doncfondamentalement insatisfaction.
è Conséquence par rapport au sujet : donc le désir ne peut pas être satisfait.
è Première formulation du problème : pourtant on ne peut nier (nouveau travail de définition) qu’il est aussi et toujours recherche de satisfaction.
Or si le désir est manque de quelque chose, alors c’est qu’il n’existe qu’en l’absence de son objet. Ceci veut dire que lasatisfaction (on continue de définir les concepts) consiste dans la présence de l’objet désiré.
1er ETONNEMENT[1] :
Mais alors, une fois satisfait, le désir n’existe-t-il plus ?
Si oui, alors cela semble vouloir dire que le désir a pour finalité de se nier-lui-même.
2nd ETONNEMENT :
Mais alors, puisque le désir a pour objet ce qui n’est pas, l’objet-absent, ne peut-il pas devenir son propreobjet ? Le désir ne peut-il pas désirer le désir ?
C’est là qu’une expérience (vue en cours) est cruciale : l’ennui.
Qu’est-ce que l’ennui si ce n’est justement le désir de désirer ? Que dis-je, en effet, lorsque je m’ennuie ? « je sais pas ce que je désire ».
Autre expérience intéressante et révélatrice : l’hésitation. Je ne sais pas ce que je désire, quand j’hésite, mais je sais unechose : je désire.
Donc, pour répondre à notre premier étonnement : le désir ne peut pas se nier lui-même, il est toujours là, même en l’absence d’objet clairement déterminé.
Donc le désir ne peut pas être simplement défini comme le manque ou l’absence de quelque chose, car il précède la chose. Or qu’est-ce que la satisfaction ? Nous avons dit que la satisfaction du désir consistait dans la...
tracking img