Despotisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mais l’essentiel est ailleurs : authentique mode de gouvernement, le despotisme renvoie à un ordre véritable où l’abus de pouvoir, institutionnalisé, ne peut plus de ce fait se penser comme un simple« abus » ; il renvoie à une économie spécifique de l’autorité qui se définit par des lois tout à fait contraignantes. C’est pourquoi si la psychologie du tyran faisait la tyrannie, ce sont lesrapports nécessaires caractérisant le despotisme qui font le despote. Et si le tyran était un démagogue dont la menace était étroitement liée à la démocratie, le despote ne peut jamais être que le« nouveau » despote dans des États où le peuple, définitivement hébété, n’a jamais son mot à dire.
Un tel pouvoir est certainement tout à fait absolu et donc despotique en tant que les sujets y sont esclaves,c’est-à-dire dépourvus de tout moyen juridique de résistance ; il est par conséquent aussi arbitraire puisque le souverain n’y reconnaît aucune loi. Mais cela ne suffit pas à en faire un pouvoirtyrannique car l’arbitre, absolument souverain, peut user au mieux de ses formidables prérogatives pour récompenser et punir sans délais ceux qui le méritent, sans qu’aucun imperium in imperio ne puisseprétendre l’en empêcher à des fins égoïstes de corps. Le pouvoir despotique et arbitraire peut aussi bien être celui de la raison que du caprice. Pour l’identifier au despotisme proprement dit, Montesquieune devra retenir que la seconde possibilité, c’est-à-dire nier les avantages du pouvoir absolu.
Si le despotisme est rationalisable, c’est d’abord parce qu’il obéit à un principe simple, à savoirl’impératif de jouissance auquel tout doit se trouver sacrifié, ce qui explique que le sérail soit sa vérité et que toute frontière entre les sphères publique et privée soit ici effacée.
Pourtant encore,Montesquieu semble parfois aller plus loin en désignant le despotisme comme un régime où, loin d’abolir la loi, on ne gouverne que par elle : ainsi sont-ce les lois qui « tyrannisent le...
tracking img