Dette publique en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1873 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
07 janvier 2010
Charlène LECUYER ; CRH1
` Economie d’entreprise ; A.AO`
La dette publiqueen France
` Depuis une vingtaine d’années, le poids de la dette publique dans le revenu national a considérablement augmenté en France. Passant de 20 % en 1980 à 67 % en 2008. Le 30 décembre 2009, c’est un cap symbolique qui est franchi : la dette publiquede la France a atteint 75,8 % duPIB à lafin du troisième trimestre.Aujourd’hui, les prévisions annoncent qu’elle va continuer à augmenter. Face à ces perspectives on en vient à se demander si la dette publique est encore maîtrisable ? Alors pourquoi la dette explose et comment la réduire ?`
`Pourquoi la dette publiqueexplose ?` ` {draw:frame} La dette publique française au sens de Maastricht a augmenté de 29,4 milliardsd'euros pour atteindre 1.457,4 milliards d'eurosau 30 décembre 2009. `
Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens du traité de Maastricht prend en compte celle des administrations de sécurité sociale, des administrations publiques locales et des organismes divers d'administrations centrales.
La dette publique française, à l'instar de celle des autres pays, n'a cessé d'exploser sousle poids de la récente récession et des mesures de relance adoptées pour y faire face.
La question de la dette publique est apparue dans le débat public lorsque le seuil symbolique des 1 000 milliards d’euros de dette a été dépassé en 2004. Puis, en janvier 2006, le rapport « Rompre avec la facilité de la dette publique », résultat du travail de la Commission sur la dette publique présidée parMichel Pébereau, a montré le caractère « très préoccupant » du niveau atteint par la dette publique en France. Celle-ci a en effet été multipliée par 5 en 25 ans pour atteindre aujourd’hui plus de 1.457,4 milliards d'euros. Soit environ 20 000 euros par Français. De plus, le seul paiement des intérêts de cette dette est presque équivalent au déficit budgétaire annuel. L’Etat est responsable de 80 %de la dette publique.
`L’explosion de la dette publique ne s’explique pas par des circonstances exceptionnelles comme une croissance trop faible ou des taux d’intérêts trop élevés. Elle résulte du fait que chaque année depuis 25 ans, les administrations publiques ont été en déficit, l’emprunt étant le moyen de combler ce déficit public. Les déficits publics ont néanmoins permis de soutenirl’activité économique et l’emploi. De plus, la situation française est voisine de celle de l’Allemagne ou des Etats-Unis qui ont des niveaux d’endettement public proches de celui de la France. `
`L’endettement n’est pas malsain car une entreprise ou un Etat peuvent utiliser l’emprunt pour investir et donc créer des richesses futures, lesquelles permettent d’en assurer le remboursement. Pour un Etat,les investissements (infrastructures, éducation, recherche,etc.) favorisent la croissance, donc les revenus futurs des ménages et desentreprises, et donc les rentrées fiscales. La dette publique peut aussi répondre à un souci d’équité, en faisant contribuer les générations futures aux financements de projets dont elles bénéficieront.`
La dette publique atteint pourtant un niveau jugépréoccupant et une poursuite de cette tendance fragiliserait la situation financière des administrations et de l’Etat. En effet, l’augmentation de la charge de la dette, c’est-à-dire les dépenses liées au paiement des intérêts, réduit d’autant les ressources destinées aux autres dépenses publiques. Ceci sera encore plus vrai si les taux d’intérêt remontent, conduisant à un véritable « effet boule de neige »(le déficit s’accroit à cause des intérêts à verser, ce qui conduit à s’endetter davantage et aggrave le phénomène). Cette situation reviendrait en fait à reporter sur les générations futures les excès des dépenses publiques d’aujourd’hui puisque le niveau des dépenses publiques devra, à terme, être sévèrement réduit.
Le solde très négatif des comptes publics français tient cependant...
tracking img