Deux thèmes essentiels dans bel-ami de maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3610 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Bel-ami
Guy de Maupassant

L'argent

L'argent est un des grands th�mes de ce roman. D�s la premi�re page il est cit� et on apprend que Duroy, le h�ros, est tr�s pauvre. En effet il lui reste en tout et pour tout " trois francs quarante pur finir le mois " ce qui repr�sente � l'�poque " deux d�ners sans d�jeuners, ou deuxd�jeuners sans d�ners ". A partir de ce constat Duroy va construire son ascension dans le monde, l'objectif de cet homme est d'�tre riche, le plus riche. Il sait qu'il vaut mieux que cette vie de mis�re. Il vit dans un appartement pitoyable et lui, ancien sous-officier est r�duit � travailler dans la compagnie de chemin de fer pour un tout petit salaire. Mais, malgr� cette pauvret� Bel Ami se paye des "bocks " (son p�ch� mignon ) et remet ses projets d'�conomies � plus tard. Heureusement, son destin rencontrera celui de Forestier, ancien compagnon d'arm�e de notre h�ros. D�s leurs retrouvailles Forestier l'aide financi�rement en lui pr�tant quarante francs (somme que Forestier ne r�cup�rera jamais). Mais Duroy d�pensera cet argent en quelques jours au lieu de l'�conomiser et se retrouvera denouveau pauvre avec six francs cinquante comme fortune. C'est aussi gr�ce � Forestier que Duroy rentrera au journal " la vie fran�aise " et r�ussira peu � peu � monter en grade et � gagner plus d'argent. Ce r�ve de richesse est attis� par la vision du milieu entourant les riches : plus de probl�mes d'argent bien s�r, de belles maisons, les femmes, plus ou moins de travail et une vie facile et oisive.Mais pour r�ussir � entrer dans ce monde il faut travailler et ruser. L'argent que lui rapporte le premier article �crit pour le journal, accumul� � son acompte mensuel d� � son nouveau travail, �l�ve sa modeste fortune � trois cent quarante francs. Mais notre h�ros, tellement heureux de sa r�ussite va dilapider cet argent aussi vite qu'il l'a gagn�. Il n'a pas conscience que l'argent n'est pas�ternel et se retrouve deux mois plus tard d�j� promu reporter mais sans le sou. Il vit comme il peut au jour le jour. Puis Duroy prend madame de Marelle comme ma�tresse et se rend compte que les femmes peuvent lui �tre utiles pour gagner de l'argent et monter socialement. Madame de Marelle �mue par sa d�tresse et sa mis�re lui donne de l'argent pour qu'il puisse s'en sortir. A partir de cet instant onsait que Duroy sera pr�t � toutes les bassesses pour de l'argent ou de la reconnaissance. Malgr� la gentillesse de sa ma�tresse Duroy se retrouvera encore tr�s vite sans argent et en plus avec des dettes envers les uns et les autres.
� � � � Mais apr�s cette p�riode noire de mis�re, Duroy r�ussit � se renflouer malgr� son go�t pour la d�pense. Apr�s commencera � r�ellement s'enrichir.
� � � �Tout d'abord la mort de son ami et sup�rieur Forestier permet � Bel Ami de passer d'�chotier � chef des �chos, ce qui l'am�ne � gagner mille deux cents francs par mois. De plus il prendra � cette �poque pour ma�tresse madame Walter, la femme de son patron, qui l'aidera encore � monter. Le mariage de Duroy avec Madeleine Forestier lui permet de s'enrichir encore plus ; en effet Madeleine apporteavec elle quarante mille francs de dot et en plus un appartement d�j� pay� et meubl�. De plus Madeleine le m�nera � conna�tre d'autres gens et un milieu diff�rent, le milieu politique et �conomique et non plus le monde journalistique et ses alentours. Ce nouveau milieu lui permettra encore de s'enrichir, la ruse et la finesse de cette femme l'aideront �norm�ment dans cette ascension. Madame Walterlui permettra aussi de gagner de l'argent. En effet celle-ci a entendu son mari parler d'une affaire en Bourse que personne ne conna�t et qui va �norm�ment rapporter. Pour faire plaisir � son amant et gagner un peu d'amour elle lui parlera de tout cela. Duroy un peu m�fiant au d�but, suivra par la suite ses conseils et se retrouvera � la t�te d'un petit p�cule de soixante dix mille francs,...