Devellopement psychoaffectif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 86 (21420 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

INTRODUCTION

page 02

PREMIERE PARTIE : DU DEVELOPPEMENT PSYCHO AFFECTIF DE L'ENFANT A LA PERIODE D'ETAT, L'ANOREXIE MENTALE.
Chapitre I : Développement affectif de l'enfant Chapitre II : L'anorexie mentale page 04 page 10

DEUXIEME PARTIE : D'UN CONCEPT DE SOIN A UNE MISE EN PRATIQUE.
Chapitre III : L'infirmier référent Chapitre IV : Présentation de l'Unité d'Addictions page16 page 20

TROISIEME PARTIE : SYNTHESE ET ANALYSE.
Chapitre V : Présentation, synthèse et première analyse des entretiens Entretien médical Chapitre VI : Analyse page 28 page 44 page 46

CONCLUSION ANNEXES : Glossaire BIBLIOGRAPHIE

page 46 page 50 page 52

2

INTRODUCTION
Le thème de mon Travail de Fin d'Etudes est " L'infirmier référent dans la prise en charge d'une adolescentesouffrant d'anorexie". Pourquoi ai-je choisi ce thème ? L'idée de départ était d'orienter mon sujet comme un premier outil de réflexion sur ma pratique professionnelle. Cette dernière est envisagée sur le secteur psychiatrique. Quel outil de travail pouvais-je cibler en particulier ? En articulation avec quelle pathologie ? Pour donner justement du sens à ma pratique professionnelle. Il fautremonter à mon stage optionnel effectué en août 1999, dans une unité d'addictions de Loire Atlantique. J'y rencontre pour la première fois de jeunes adolescentes souffrant d'anorexie. Je retiens de cette rencontre la complexité de la pathologie dont souffrent ces patientes. Je retiens aussi la difficulté de la prise en charge du fait de cette complexité. Difficulté encore plus accrue, en ce qui meconcerne, du fait de mon inexpérience, tant pratique que théorique. Il s'agit dans cette Unité d'une prise en charge, contractuelle, basée notamment sur un système d'infirmiers référents. Pour illustrer mes propos, j'évoque maintenant deux moments forts de ce stage optionnel. Ceux-ci donnent respectivement ma problématique et mon hypothèse de départ. Le premier moment fort se situe au cours d'undéjeuner, l'un des moments privilégiés dans l'accompagnement de patientes qui souffrent d'anorexie. Je décide de m'attabler en face d'une jeune adolescente pour qui l'une des difficultés majeures se situe au moment du repas. Difficulté qui sera réciproque, tant mon incapacité à insister sur le fait qu'elle doit manger sera flagrante. Je me rends compte à ce moment de la difficulté d'entrer en relationavec cette patiente quand il s'agit d'intervenir sur un objectif aussi important que peut être son alimentation. Après cet "échec", une analyse critique fait suite avec l'équipe soignante. Qu'est-ce qu'il s'est passé? Ou plutôt qu'est-ce qu'il ne s'est pas passé. Cela me confirme la toute puissance dans laquelle peut parfois se trouver une patiente souffrant d'anorexie. Un fonctionnement dans lequelje devais également être, vu la grande frustration que je vivais à ce moment précis ; une relation toute puissante de soignant avec cette jeune patiente qui n'aboutit pas. C'est donc un échec entre guillemets, ayant pu en discuter et l'analyser. Suite à cette expérience, je me questionne sur l'intérêt du référent infirmier et tout ce que cela implique dans la relation avec un patient. Le deuxièmemoment fort se situe au cours d'une séance de relaxation que j'anime pour la première fois. La majorité des patientes présentes souffrent d'anorexie. C'est la première fois également qu'un homme anime une telle séance. A la fin de la séance, plusieurs patientes verbalisent qu'elles ont été gênées par cette voix d'homme qui était la mienne. Qu'est-ce qu'il s'y est joué ? Est-ce la nouveauté ?Est-ce le fait d'être un homme, avec la problématique que ces patientes peuvent connaître dans leur relation à leur sexualité, dans leur relation homme/femme ? Cette expérience, arrivant à la fin de mon stage, ne s'est pas renouvelée. Je reste donc avec ces questions. Je retiens dans un

3

premier temps l'hypothèse qu'il y a certainement une relation différente entre, soignant homme et...
tracking img