Devoir maison, texte de freud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1439 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Question 1 : Dégagez l’idée directrice du texte et les étapes de son argumentation.

L’idée directrice du texte se porte sur : la réflexion de Freud sur la nature et l'origine de la liberté individuelle qui peut aussi bien apporter une avancer pour la civilisation comme elle peut aussi la détruire.

Ce texte peut se diviser en différentes parties ou étapes, que l’on peut repérer selon unordre chronologique dans les deux premières parties mais aussi selon le bien et le mal de la liberté individuelle dans les autres parties qui sont définis dans le texte.
Tout d’abord, les deux premières phrases : « La liberté individuelle n’est nullement un produit de la culture. C’est avant toute civilisation qu’elle était la plus grande, mais aussi sans valeur le plus souvent, car l’individun’était guère en état de la défendre. » ; Dans cette première partie on peut constater qu’il parle d’avant la civilisation. Il pense que la liberté individuelle est un produit naturelle et qu’elle est grande mais elle n’a aucune valeur car l’homme qui n’est point civiliser ne peut la défendre et l’exploiter.
Ensuite, la phrase qui suit : « Le développement de la civilisation lui impose desrestrictions, et la justice exige que ces restriction ne soient épargnées à personne. » ; Elle se situe, une fois que la civilisation est instaurée, avec cette venue, la liberté individuelle est restreinte pour tous, afin que tout le monde soit au même niveau.
Par la suite, la phrase qui vient : « Quand une communauté humaine sent s’agiter en elle une poussé de liberté, cela peut répondre à un mouvementde révolte contre une injustice évidente, devenir ainsi favorable à un nouveau développement de la culture et demeurer compatible avec lui. » ; dans ce cas là, la société demande plus de liberté donc ce révolte contre une injustice (par exemple, une politique discriminatoire) et grâce à cela la culture et la civilisation avance et se modernise avec leur temps. Donc c’est compatible avec lacivilisation.
Pour finir dernière partie : « Mais cela peut être aussi l’effet de la persistance d’une reste de l’individualisme indompté et former alors la base de tendances hostiles à la civilisation. La poussée de liberté se dirige de ce fait contre certaines formes ou certaines exigences culturelles, ou bien même contre la civilisation. » ; Ici, nous pouvons voir que c’est le cas contraire de lapartie précédente. Il est dis que l’homme n’est toujours pas « dompté » par la civilisation donc il y a régression contre la civilisation et retour à l’état de nature.

Question 2 : Expliquez les citations suivantes.

a. « L’individu n’était guère en état de la défendre » : Cette citation est étonnante, puisque comment un homme ne peut défendre sa liberté individuelle ? Dans ce cas ci, on parlede l’homme à l’état de nature, c'est-à-dire avant la civilisation. Cette homme nature n’est pas en condition pour la défendre, car selon Rousseau, l’état de nature est la situation où tous ce que l’homme a inventé disparait laissant un homme primitif, animal et sans lois. L’homme se retrouve livré à soi-même sans aucun interdit, donc il peut étendre sa liberté individuelle jusqu’au jour où ilcroise un autre homme comme lui, qui se comporte de la même manière donc il y aura conflit car aucune lois, aucune personne n’est en droit de dire qui a juste ou faux vue que ça n’existe pas, ce qui mène à la loi du plus fort.

b. « La persistance d’un reste de l’individualisme indompté » : Il est question dans cette citation, de la régression de la civilisation (de la dernière partie du texte).C'est-à-dire que l’homme malgré tous ces changements, la venue de la culture ainsi que des lois, donc de la civilisation, a garder au fond de lui « un reste » de cette liberté individualiste qu’il avait à l’état de nature (aucune loi, aucun interdit), « la persistance d’un reste » c’est que cette réalité se maintient même si l’homme ne veut pas la garder. Mais en dépit de son évolution l’homme...
tracking img