Devoir sociologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2067 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ENTRETIEN ET ANALYSE

Benoît a 24 ans, diplômé d’une licence professionnelle en génie mécanique option CFAO (conception et fabrication assisté par ordinateur), est l’aîné d’une famille de quatre enfants. Son plus petit frère 18 ans, diplômé d’un bac scientifique est actuellement en classe préparatoire MPSI (maths, physiques, et sciences de l’ingénieur). Ses deux autres frères 22 ans, qui sontjumeaux, sont respectivement en 2e année de BTS NRC (négociation et relation clients) et de BTS MUC (management des unités commerciales). Tous deux titulaires également d’un bac scientifique, ils ont cependant 3 années de retard chacun, tout comme Benoit. Son père, diplômé d’une école d’ingénieurs en informatique (BAC+5), est devenu cadre il ya quelques années. Il travaille dans une entreprise deventes, réparations et installations de logiciels. Sa mère, ayant repris ces études il y a environ 6 ans détient maintenant une maîtrise sciences de gestion et travaille dans l’informatique de gestion.
Quand je lui demande où, selon lui, sa famille se situe dans la société voici ce qu’il me répond.

- Je pense plutôt dans la classe moyenne, voir même peut-être dans la partie haute de laclasse moyenne. On n’est pas riches non plus…mais c’est vrai qu’on est assez bien, qu’on manque de rien…

Pour comprendre le parcours scolaire de Benoit il est intéressant de remonter à ces années de collège. Assez bon élève à l’école primaire, il rentre en 6e dans un collège public, très populaire du 91, le collège Paul Fort à Courcouronnes. Il est même selon une enquête l’un des pires collèges dudépartement. Après une 6e assez difficile où ses notes avaient déjà beaucoup chuté, c’est vraiment en 5e que la situation s’aggrave et où il est contraint de redoubler. Voici ce qui était selon lui les causes de son échec.

- Je pense surtout que c’était l’ambiance des cours…C’était pas une ambiance de travail, c’était plutôt à celui qui faisait le plus de bêtises…L’enseignant, il arrivaitpas à se faire respecter…Je suivais pas beaucoup ce qu’il disait. Il y avait très peu d’élèves qui travaillaient pendant les cours et la plupart des enseignants faisaient cours que pour eux…A la fin, ils ne faisaient même plus attention à nous…les mauvais éléments. Il y avait beaucoup de conflits avec les enseignants, ils ne supportaient plus d’enseigner dans des conditions comme ca…et c’étaitcompréhensif en même temps…
- Et chez toi, tu ne travaillais pas non plus ?
- Si mais pas assez je penses…Je devais avoir du mal à travailler vu que je comprenais pas ce qu’on avez fait en cours…Ca devait pas me donner envie.

Plusieurs problèmes sont ainsi mis en évidence, l’absence d’autorité de certains enseignants dans les collèges dits « sensibles » ou « difficiles », le manqued’encadrement des élèves et donc aussi le manque de personnel éducatif, un problème de compréhension également entre les jeunes et le corps enseignant, une intolérance des élèves envers l’autorité pas assez sévèrement réprimés… Mais le plus grave peut-être le délaissement total de certains effectifs de classe, qui sont « laissés au bord de la route » dus sans doute à une impuissance du corps éducatif à lesfaire changer de comportement et à les faire reprendre le chemin des études. A la fin de l’année ses parents décident de le mettre dans un établissement privé où il fera une seconde 5e. A partir de là, poussé par ses parents il se remet à travailler et obtient de bons résultats, il passe facilement jusqu’en 3e et obtient son brevet avec une moyenne globale de près de 14/20.
- Dans ce collège,c’était vraiment une ambiance de travail, en cours il fallait suivre…C’était beaucoup plus strict. Au moindre écart on t’envoyait dans le bureau du responsable de niveau, les parents pouvaient être convoqués facilement…L’exclusion pouvait arriver facilement aussi… C’est pas comme dans les collèges publics où ils ont beaucoup de mal à t’exclure parce que la loi veut que chaque enfant soit...
tracking img