Devoir sur le racisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1313 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Le racisme ? Une race comme la mienne ne s’y abaisse pas ! »

Le racisme est un fait, non pas récent, mais qui se développe dans notre société de jours en jours. Il concerne de plus en plus de personnes tout en se caractérisant par des actes chaque fois plus violents pour les personnes qui en sont les victimes. Ainsi, il m’a paru important d’en choisir le sujet lors de cette plaidoirie. Leracisme aujourd’hui devient petit à petit un retour à ce qu’elle était, avant que la devise de la France ne contienne le mot égalité, avant que des lois comme la Déclaration des Droits de l’Homme nous garantisse cette égalité. C’est à en croire que tout ce que l’on veut nous faire comprendre, c’est que l’Homme ne retient rien de ses erreurs du passé. A plusieurs moments de l’Histoire, le racisme ajoué un rôle fatal sur des milliers de personnes. Pourtant, malgré l’évidence que celui-ci n’est pas une bonne chose, l’homme continue à se borner sur une voie tracée qui ne mènera à rien si ce n’est une injustice mortelle pour l’homme lui-même. Bien que chacun peut-être victime de ces discriminations, les exemples les plus fréquents se retrouvent, non pas dans la nationalité mais dans la couleurde peau en général. En effet, les noirs et les arabes sont les personnes qui sont les plus touchés par le racisme, à un point que c’en est presque devenu un quotidien pour certains ainsi qu’une mentalité qui se transmet dans les générations pour d’autres.

Note société, et la mentalité qu’elle porte, serait-elle devenue matérialiste à un point qu’elle doive en juger un homme sur sonphysique sans même lui laisser le temps de nous faire changer d’avis ?Je ne pense pas, et personne ne le devrait. C’est pourtant le cas de nombreuses personnes, c’est un fait. Pensez vous sincèrement qu’il est normal que des personnes soient triés avec pour seul argument une couleur de peau différente ? Pensez vous qu’il est normal que ceux dont la couleur de peau diffère soit entassés tels du bétailet traités comme des sous-hommes ? Pensez vous qu’il est normal que ceux qui osent protester contre cette façon de penser injuste soient battus par des représentants des forces de l’ordre, donc censé faire régner la justice ? C’est pourtant bien la mésaventure de Magatte Mbengue, un simple journaliste FRANÇAIS d’origine sénégalaise dans un aéroport de Madrid. Lui qui habite Paris et qui est detoute évidence français a été battu pendant plus d’une demi-heure simplement car il demandait des explications sur le fait d’être traité tel un animal avec pour seul argument une couleur de peau plus sombre. Lui, qui a été le seul dans ce « tas » de personnes d’origine africaine à avoir eu le courage de se lever et de protester, n’a même pas été entendu et n’a eu pour seule récompense qu’une pluie decoup totalement injustifiée. Effectivement, les personnes responsables de ces actes n’ont eu à dire qu’ils étaient en accord avec la loi en raison du comportement dangereux de la victime. En sachant que je n’ai omis aucun détail, pouvez vous me dire en qui Magatte Mbengue pouvait être dangereux ? Il ne portait aucun objet dangereux et ne menaçait strictement personne. Il n’a fait que demander desimples explications sur une injustice flagrante. Bien que M. Mbengue n’avait rien à se reprocher, il est sortit de cet aéroport au bout de trois quarts d’heures, après quoi il était totalement défiguré et ensanglanté. Les injustices discriminatoires dont il a été victime sont non seulement violentes mais au nombre de trois. En effet, le fait même de trier les personnes ainsi est déjà unediscrimination en lui même. Ensuite, lorsque celui-ci a tenté de protesté, les représentants des forces de l’ordre s’y sont mis à cinq pour le frapper et le mettre à terre, et ce sans même daigner répondre à ses questions. Au bout d’une bonne demi-heure de coups à répétition seulement, les policiers ont laissé sortir M. Mbengue sans l’aider alors que celui-ci ressentait encore sur sa peau la douleur des...
tracking img