Devoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1118 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce document d’aide à la lecture a été conçu par M. Olivier CLEMENT, professeur certifié de Lettres Modernes, pour ses élèves de 3ème du Collège Giera, classé Ambition Réussite, à Avignon.

Le Fils du pauvre,

Mouloud Feraoun

La thématique de Mouloud Feraoun

Les thèmes récurrents chez lui sont ceux qui s’étaient imposés à sa production romanesque parce qu’ils représentaient levécu collectif au village, les traditions et coutumes dont il a été marqué à vie et qu’il considérait comme un devoir de les rapporter fidèlement par l’écriture. Maintenant, avec le recul, l’œuvre de Feraoun a acquis une valeur inestimable en tant que peinture de la société à une époque déterminée de son histoire, celle de ses aïeux obligés d’émigrer pour faire vivre leur famille ou de gratter uneterre ingrate qui ne donnait qu’avec parcimonie juste de quoi ne pas mourir de faim. Son père, pauvre, illettré, résistant, était comme tous ceux de sa génération. Il avait fait à pied un voyage de Tizi Hibel à Tunis avant de partir en France d’où il était revenu handicapé à la suite d’un accident de travail à l’usine.
      Tous les pères et chefs de famille ayant fait partie de l’univers deFeraoun se reconnaissent pleinement dans cette belle phrase de Tchekhov : «Nous travaillons pour les autres jusqu'à notre vieillesse et quand notre heure viendra, nous mourrons sans murmure et nous dirons dans l’autre monde que nous avons souffert, que nous avons pleuré, que nous avons vécu de longues années d’amertume, et Dieu aura pitié de nous.»
      Ces paroles traduisent parfaitement le dramede nos grands-parents qui n’ont connu de vie que celle au cours de laquelle ils ont trimé pour apporter une maigre subsistance aux leurs.
      C’est cette misère, cette lutte constante contre le froid, les vicissitudes d’une vie dure et imprévisible que Feraoun a immortalisées pour les générations futures. Emmanuel Roblès, qui a été son camarade à l’école normale, a été aussi celui par qui toutest arrivé. Feraoun, par modestie ou par sentiment d’infériorité, eut la malencontreuse idée de lui demander d’écrire sur la Kabylie. «Tu ne comprends donc pas que c’est là ton boulot, et que c’est ta voix que nous voulons entendre.» La terre natale recelait une richesse thématique, immense et ne demandait qu’à être transcrite pour la progéniture. […]

Le Fils du pauvre : publié en 1950,le premier roman de Mouloud Feraoun est quasiment autobiographique. C’est une sorte de journal où est racontée la vie du jeune Fouroulou Menrad qui, en contournant son destin, opte ainsi pour l’instruction plutôt que de rester berger comme ses semblables. Cet itinéraire est très difficile car il est issu d’une famille pauvre ; il dit dans son Journal qu’il veut écrire. C’est également le vœu deFeraoun : il veut traduire «l’âme kabyle».

Questions :

1. Qui est Mouloud Feraoun ?
2. Que nous apprend ce texte explicatif ?
3. A qui s’adresse-t-il ?
4. Quelles sont les deux parties de ce texte ? Pourquoi ?
5. Quelles explications nous sont données ?
6. Qui était camarade d’école de Mouloud Feraoun ?
7. A quoi servent les guillements au quatrièmeparagraphe ?
8. Quel est le temps principal utilisé dans cet extrait ? Pourquoi ?
9. Dans le premier paragraphe, relève une proposition subordonnée relative. Quel est le pronom relatif qui l’introduit ? Quel est son antécédent ?

Agenda 
Pour: lire les six premiers chapitres et répondre aux questions de la 2ème feuille
Pour: lire les chapitres 7 à 11 pp. 48 à 88 et répondre aux questions de la3ème feuille
Pour : lire la deuxième partie p.89 à fin

Aide pour la lecture

2ème feuille
Le Fils du pauvre,

Mouloud Feraoun

Questions de vocabulaire

Noter la phrase dans laquelle se trouve le mot à expliquer et souligner ce mot puis en donner la définition en une ligne en dessous.
Ex : p6 « Sceptique » : « Cette attitude en tous points digne d’éloges, n’est pas...
tracking img