Devoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1583 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
UNIVERSITE DE TOLIARA
FACULTE DES SCIENCES
FILIERE SCIENCES NATURELLES
OPTION BIOVERSITE ET ENVIRONNEMENT
Sn5

Présenté par :
ANDRIATSIARONANDROY ONJANAMBOARA Ricardo Ratsimba
La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle est la source première des services rendus par les écosystèmes. Elle est aussi le moteur de la résilience écologique car c'est une ressourcenaturelle auto-entretenue (à certaines conditions). Elle fournit tout l'oxygène, vital, que nous consommons, tout ce que nous mangeons (cultures vivrières, bétail, poissons...) ; elle contribue à l'épuration et au cycle de l'eau, ainsi qu'aux grands cycles biogéochimiques et à la régulation climatique. Elle fournit des fibres pour l'habillement, du bois-énergie pour le chauffage,la construction d'habitations, la papeterie. Elle produit ou inspire des médicaments.
L'agrobiodiversité désigne les usages de la biodiversité associés à l'agro-alimentaire.
Madagascar figure parmi les 10 hot spots de la diversité biologique mondiale et possède l'un des écosystèmes les plus riches du monde. Elle est caractérisée actuellement par la grande diversité desa topographie, de ses paysages et de son climat, ce qui a favorisé une différenciation très remarquable de ses espèces végétales et animales dans des habitats naturels très diversifiés. Cette richesse est cependant menacée d'une forte dégradation à tel point que plusieurs espèces risquent de disparaître définitivement, sans même avoir été découvertes.
En réponse à la déforestation et la perte dela biodiversité, la composante " Biodiversité " traite plus particulièrement le côté « protection » et sa gestion à travers la création des Aires Protégées (AP), et en liaison avec un développement intégré de leurs zones périphériques. Prenons le cas de la Région de l’Androy et celle de l’Anosy.
D’une manière générale, les Régions de l’Androy et de l’Anosy renferment de nombreusesparticularités qui sont autant de centres d’intérêt sur le plan environnemental. Le parc national d’Andohahela revêt une importance exceptionnelle en terme de biodiversité. Deux autres sites naturels existent et présentent un intérêt économique à travers l’écotourisme : il s’agit de la réserve spéciale privée de Berenty dans la sous préfecture d’Amboasary et celle du Cap Sainte Marie, dans la souspréfecture de Tsihombe.

Pour le cas d’Andohahela : le parc national se trouve à mi-chemin entre le district de Taolagnaro et d’Amboasary Sud en empruntant la Route Nationale 13, elle s’étend sur 76 020 hectares, d’une altitude de 120 à 1972 mètres. Le paysage, la faune et la flore sont d’une étonnante variété à Andohahela, entre autres,parce que le parc réunit en son sein le Sud et l’Est. Comme dans la plupart des Parcs Nationaux de l’Ile, le taux d’endémisme y est important.
Du point de vue faunistique ; Andohahela abrite 12 espèces de lémuriens et 5 d’entres elles sont des lémuriens de forêt sèche ; 129 espèces d’oiseaux, 75 espèces de reptiles et 50 espèces d’amphibiens dont quatre vivent en forêt sèche. Parmi la fauned’Andohahela on y trouve : le Sifaky ou Propithecus verreauxi qui est un lémurien familier des bushes épineux, le lémur à collier roux ou Eulemur collaris qu’on trouve à Malio et Manangotry, le Newtonia fanovanae qui est un oiseau de 15 à 20 cm de hauteur et de couleur grise, l’Acranthophis dumerile ou DO : un serpent de 320 cm, le Mystacornis crossley.
Du point de vue floristique, plus d’un millierd’espèces végétales cohabitent à l’intérieur du parc national d’Andohahela. On recense six des onze espèces de Didieraceae endémiques du Sud : 207 espèces et variétés de fougères dont plus de 90 % en forêt humide. Parmi la flore, on y trouve : le fameux Dypsis decaryi ou le palmier trièdre qui est une plante endémique locale avec ses trois faces ; le Pachypodes ou...
tracking img