Devoirs de français numéros 2.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1913 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte support : Émile Zola (1840-1902),Thérèse Raquin (1867),
ch.XI (extrait)
Un lugubre crépuscule
Au chapitre XI, Camille et Thérèse Raquin, accompagnés de Laurent, amant de Thérèse, ont passé le dimanche à Saint-Ouen, au
bord de l’eau. Laurent médite de se débarrasser de son rival. Le soir venu, pour éviter d’avoir à attendre la préparation de leur
dîner, il propose une promenade enbarque sur la Seine et prévient Thérèse de ses intentions. Ces lignes précèdent juste la scène
du crime ; Zola nous y décrit le décor du meurtre.
Emile ZOLA (1840-1902), Thérèse Raquin, chapitre XI (1867)
Le crépuscule venait. De grandes ombres tombaient des arbres, et les eaux étaient noires sur les bords. Au milieu de la rivière,
il y avait de larges traînées d’argent pâle. La barque fut bientôten pleine Seine. Là, tous les bruits des quais s’adoucissaient ;
les chants, les cris arrivaient, vagues et mélancoliques, avec des langueurs tristes. On ne sentait plus l’odeur de friture et de
poussière. Des fraîcheurs traînaient. Il faisait froid.
5 Laurent cessa de ramer et laissa descendre le canot au fil du courant.

En face, se dressait le grand massif rougeâtre des îles. Les deuxrives, d’un brun sombre taché de gris, étaient comme deux larges
bandes qui allaient se rejoindre à l’horizon. L’eau et le ciel semblaient coupés dans la même étoffe blanchâtre. Rien n’est plus
douloureusement calme qu’un crépuscule d’automne. Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs
feuilles. La campagne, brûlée par les rayons ardents de l’été, sent la mortvenir avec les premiers vents froids. Et il y a, dans les
cieux, des souffles plaintifs de désespérance. La nuit descend de haut, apportant des linceuls dans son ombre.
Les promeneurs se taisaient. Assis au fond de la barque qui coulait avec l’eau, ils regardaient les dernières lueurs quitter les
hautes branches. Ils approchaient des îles. Les grandes masses rougeâtres devenaient sombres ; toutle paysage se simplifiait
dans le crépuscule ; la Seine, le ciel, les îles, les côteaux n’étaient plus que des tâches brunes et grises qui s’effaçaient au milieu
d’un brouillard laiteux.
Questions (6 points)
_ Vous relèverez dans cette description le champ lexical de la mort. (3 points)
_ Émile Zola construit un espace romanesque en faisant appel aux différentes perceptions dans ce passage.Identifiez-les et
justifiez votre réponse par des citations du texte. (3 points)
Conseils méthodologiques :
Les questions de préparation vous font effectuer des repérages et une première analyse partielle du texte qui vous seront utiles
lors de la rédaction du commentaire qui vous est ensuite demandée.
- Si besoin, révisez la notion de champ lexical à partir de la fiche n°13 de l’Annexe « Boîteà outils »
- Relisez la fiche méthode « Répondre aux questions sur le corpus »
Travail d’écriture (14 points)
Vous allez rédiger un commentaire guidé partiel sur le texte extrait de Thérèse Raquin d’Émile Zola en complétant le devoir
volontairement laissé incomplet.
Il a été élaboré à partir du plan suivant :
Axe 1 : Qu’est ce qui caractérise l’organisation de cette description ?
_ Unedescription faite selon des points de vue complémentaires
_ La transcription de différentes sensations renforce l’impression réaliste
_ Zola fait le tableau d’une nature impressionnante (éléments relevant de la composition d’une image)
Axe 2 : Quelles sont les différentes fonctions de cette description ?
_ Cette description a d’abord une fonction explicative
_ La peinture du lieu permetd’annoncer symboliquement le crime qui va être perpétré
_ Cette description participant d’un réseau d’échos (les scènes d’évocation de la morgue, le caveau funèbre) crée un climat
tragique.
Consignes d’écriture :
_ Rédigez d’abord une introduction (10-12 lignes) à ce commentaire en tenant compte du plan formulé ci-dessus.
_ Puis écrivez les deuxième et troisième paragraphes du premier axe du...